Violences faites aux femmes : il reste beaucoup à faire !

Le 25 Novembre, la Journée Internationale pour l’Elimination de la Violence contre les Femmes permet de rappeler les statistiques dramatiquement constantes.
Une femme décède tous les trois jours, victime de son partenaire ou ex-partenaire (2 décès recensés en Poitou-Charentes en 2010). Les faits divers se succèdent et nous choquent sans cesse.
10.000 viols sont enregistrés chaque année mais sans doute 100.000 sont réellement commis en France. Dans notre pays, 3 millions de femmes par an seraient victimes d’agression sexuelle.

Catherine Coutelle avait participé en 2009 à la mission parlementaire dont les travaux ont abouti à une loi en juillet 2010.
Ces récentes évolutions législatives ont permis notamment d’intégrer davantage les violences psychologiques et l’attention portée aux enfants, victimes des violences conjugales.

Il reste beaucoup à faire. Moins de 5% des victimes de violences physiques ou sexuelles au sein du ménage portent plainte.

La députée s’est montrée particulièrement attentive à l’accueil des femmes dans les commissariats ou gendarmeries. Les enjeux de formation spécifique des forces de l’ordre et de coordination des services de police avec la justice sont essentiels.
Le parlement a poursuivi l’évaluation de l’application des différents textes dans ce domaine. De nouveaux moyens visant à renforcer l’information et l’écoute (centres d’aides, numéros d’appel d’urgence) viennent d’être annoncés. Certaines mesures voulues comme protectrices se révèlent parfois néfastes. Le dispositif doit donc être sans cesse réajusté.

Les échanges avec les habitantes de la circonscription permettent de percevoir l’importance des pressions psychosociales, des discriminations et des propos sexistes dans le cadre professionnel sur lesquels il est urgent d’agir.

Nous ne pourrons obtenir l’égalité tant que les violences de tous ordres persisteront.

Le débat sur la prostitution s’inscrit également dans cette problématique tout comme la lutte contre la pratique de l’excision.

Enfin, ce combat est mondial. Aux Etats-Unis, une femme est battue toutes les 15 secondes. En Afrique du Sud, une femme est violée toutes les 23 secondes.

Demain, vendredi 25 novembre, Catherine Coutelle visitera au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) l’exposition itinérante sur les impacts des violences conjugales sur la santé des enfants et rencontra diffts professionnels qui accueillent au quotidien les femmes victimes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *