Trois Cités : le centre de santé inauguré

Opérationnel depuis décembre dernier, le centre de santé des Trois cités a été officiellement inauguré vendredi dernier autour de Fernande Cormier, cheville ouvrière du projet et figure du quartier, des bénévoles, des salarié-e-s et de Catherine Coutelle, députée de la circonscription et soutien du projet dès les origines.

FernandeCormier_720

Alors qu’elle était présidente du centre socioculturel des Trois Cités, au début des années 80, Catherine Coutelle avait assisté à la tentative de professionnel-le-s de santé de créer un centre de santé sur le quartier. C’est un autre projet qui vient d’aboutir grâce à la ténacité et au courage de quelques habitant-e-s soutenu-e-s par l’association Consommation Logement Cadre de Vie et de l’Espoir et le centre social.

Un projet exemplaire

Exemplaire, le projet l’est à plus d’un titre. Dans sa démarche avant tout : le diagnostic santé mené par une trentaine d’habitant-e-s du quartier entre 2012 et 2013 a clairement déterminé le besoin d’une structure de santé de proximité. Exemplaire aussi parce que la question de la santé n’étant pas le seul fait des professionnel-le-s du soin, le projet a inclus les habitant-e-s pour construire avec eux le modèle de santé qui serait le leur. Exemplaire également parce que le projet a pris en considération que la question centrale ce n’est pas l’offre, mais bien l’accès à l’offre : ainsi, le centre de santé tel qu’il existe aujourd’hui va contribuer à réduire les inégalités d’accès aux soins et d’accès aux droits plus largement. Exemplaire enfin parce qu’un centre de santé, ce n’est pas uniquement le soin mais toutes les actions de prévention et d’éducation en matière de santé qui s’y greffent : c’est pourquoi 40 points de prévention ont été identifiés et seront systématiquement détectés, tels que le diabète, les addictions, le mal-être, etc…

Durablement

Avec une secrétaire, trois médecins et un lieu ouvert de 8h à 20h du lundi au samedi, le centre de santé fonctionne déjà bien. Avec 8 à 12 consultations par jour, dont certaines à domicile, il « s’installe » dans le paysage. L’enjeu pour l’avenir ? L’ancrer durablement dans le quartier et poursuivre la mobilisation des habitant-e-s pour faire vivre les lieux, en ayant à ses côtés tous les partenaires institutionnels pertinents – la Région, le Département, la Ville et l’Agence régionale de santé sont d’ores et déjà engagés. Pour Catherine Coutelle, au-delà de la satisfaction de voir aboutir un projet de longue haleine qu’elle a défendu à toutes les étapes y compris en l’aidant financièrement (réserve parlementaire, soutien aux appels à dons), le centre enfin ouvert et inauguré, c’est « la preuve que la mobilisation collective peut soulever des montagnes ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *