Tous mobilisés ce 8 février !

Je suis pleinement solidaire des agents des services publics mobilisés aujourd’hui. Je leur exprime tout mon soutien et j’inscris notre combat pour un changement fort en France, notamment dans la défense de leurs intérêts et plus encore dans la nécessité de voir se réinstaurer un véritable dialogie social dans notre pays.

Communiqué du Parti Socialiste…


Les socialistes participent à la journée de défense des services publics.

Le Parti socialiste renouvelle son soutien à la journée nationale d’action intersyndicale de la fonction publique et des agents des services publics le jeudi 8 février.

Au-delà des revendications salariales, les salariés en ont assez d’êtres déconsidérés aux yeux de l’opinion par une droite revancharde qui les traite de nantis ; la réalité est autre.Leur situation n’a cessé de se dégrader et ils sont taxés d’immobilisme alors que leurs métiers ont été profondément transformés par l’évolution des besoins de la société, la décentralisation et la révolution numérique.

Le gouvernement manifeste un mépris souverain à l’égard de la concertation avec les organisations syndicales quand celle-ci est refusée ou traitée en simulacre, selon les sujets. Quand de rares accords ont été conclus avec certains syndicats, comme en janvier 2006, ils n’ont pas été appliqués.

Depuis 2002, les fonctionnaires et agents publics de l’Etat, des hôpitaux et des collectivités locales ont subi une perte de pouvoir d’achat d’environ 6 %. A cause de l’écrasement des grilles salariales, dans la fonction publique territoriale près de 80 % des 1,6 millions d’agents d’entre eux sont rémunérés au niveau du SMIC ou en dessous. De plus en plus répandu, l’emploi précaire représente désormais 16 % de la fonction publique.

Les suppressions d’emplois inscrites dans la loi de finances (5300 en 2006, 15000 en 2007), qui ne fixe désormais plus que des plafonds d’emplois, sont en réalité largement dépassées : entre 80 000 et 100 000 postes ont été supprimés depuis 5 ans dans les services de l’Etat qui se sont paupérisés et ne parviennent plus à assumer correctement leur mission.

L’urgence est de relancer le dialogue social dans la fonction publique, notamment en instaurant une obligation annuelle de négocier sur les rémunérations, les mesures statutaires, la formation professionnelle et les conditions de travail. Les règles de représentativité des syndicats doivent êtres actualisées. La perte de pouvoir d’achat doit être compensée progressivement pour l’ensemble des rémunérations et notamment les plus basses par la refonte des grilles salariales visant à améliorer les déroulements de carrière.

Les réformes qui doivent être entreprises pour parvenir à une meilleure maîtrise des dépenses publiques doivent avoir pour objectif l’égal accès de tous les citoyens aux services publics et l’amélioration du service rendu. Les socialistes sont favorables à une conception l’efficacité différente de celle qui a été imposée par les libéraux en confondant systématiquement la modernisation de l’action publique et la réduction à l’aveugle de ses moyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *