« Symposium pour l’égalité » : harmoniser les législations européennes pour faire progresser les droits des femmes

Catherine Coutelle intervenait, jeudi 7 novembre, devant le « Symposium pour l’égalité » organisé dans le cadre du « Projet de dialogue et d’échange interparlementaire », mené conjointement par La Grande Assemblée Nationale de la République de Turquie, et l’Union Européenne. Une occasion de saluer la nécessité de la coopération internationale dans le domaine de l’égalité.

 

2013_11_07_symposium_egalite_europe_turquie_643_300

 

« La coopération et l’éclairage des législations plus avancées permettent à chaque pays de progresser ». Invitée en tant que Présidente de la Délégation aux Droits des Femmes de l’Assemblée Nationale, Catherine Coutelle est intervenue lors d’une table ronde consacrée à la nécessaire harmonisation européenne des mécanismes d’égalité.

La France : un levier européen pour l’égalité femme-homme.

Depuis un an, l’action du Gouvernement témoigne de la volonté exemplaire de la France de placer l’égalité femme-homme au cœur des politiques publiques : mise en place d’un gouvernement paritaire et d’une ministre en charge des droits des femmes, nomination de hauts fonctionnaires à l’égalité dans tous les ministères, adoption de nombreuses dispositions législatives pour les droits des femmes (égalité professionnelle, lutte contre les violences faites aux femmes, parité en politique et dans les instances de décisions, lutte contre la précarité, etc).

Harmoniser les politiques publiques européennes est une urgente nécessité. En 2013 déjà, la France a permis l’intégration dans son droit, de la Convention d’Istanbul du 11 mai 2011 sur « la prévention et la lutte contre les violences faites aux femmes », ainsi que de la directive européenne d’avril 2011 de lutte contre la traite, l’esclavage moderne et le travail forcé. « L’Union Européenne est un moteur fondamental dans le domaine de l’égalité ; elle fixe des objectifs aux différents États pour modifier leurs législations ; elle permet de faire progresser l’ensemble des pays » a précisé la députée de la Vienne.

Promouvoir une position commune en Europe

L’année 2014 sera marquée par la perspective des 20 ans de la conférence sur la « population et le développement » qui doit permettre une meilleure prise en compte des droits des femmes dans le monde.
« Les attaques récentes contre le droit à l’avortement sont très inquiétantes. L’Europe doit porter une position commune dans les futures négociations internationales pour réaffirmer que les droits sexuels et reproductifs sont des droits universels » a précisé Catherine Coutelle. « Pour obtenir d’autres avancées et contenir les régressions, il faut poursuivre et impulser une démarche partagée avec la communauté internationale » a-t-elle conclu.

Forte de son histoire, l’Europe a la responsabilité d’agir comme un moteur d’harmonisation des politiques d’égalité, pour décliner les engagements internationaux en véritables actions de terrain, et porter une position commune devant l’enjeu majeur de l’égalité entre les femmes et les hommes partout dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *