Sida, autisme, langue des signes française et Arctique : Catherine Coutelle participera à quatre groupes d’étude parlementaires

Bien sûr, les député-e-s sont là pour « fabriquer » la loi, la voter et évaluer les politiques publiques, leurs missions principales. Mais pour mieux éclairer leurs décisions et avoir une vision prospective sur les grands sujets de société et du droit, ils participent aussi à des groupes d’étude au sein de l’Assemblée nationale. Pour cette législature, Catherine Coutelle a décidé de continuer à s’investir sur quatre sujets auxquels elle est particulièrement attachée outre ses sujets de responsabilité parlementaire spécifiques.

Présidente de la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, membre de la Commission de la Défense et présidente d’ l’Association Interparlementaire France-Canada, Catherine Coutelle, on le sait, est investie « en première ligne » sur les droits des femmes, les questions de défense et le renforcement de l’amitié franco-canadienne. Mais parce que ses centres d’intérêt ne s’arrêtent pas là et parce que son mandat unique de député-e lui permet de s’investir pleinement dans le travail parlementaire, elle a souhaité participer de quatre groupes d’études.

Trois sujets de société…

Sur des plans très différents, les questions du Sida, de la langue des signes française et de l’autisme sont autant les unes que les autres des question majeures : comment notre société s’organise-t-elle face à une pandémie qui reste ravageuse même si on en parle de moins en moins? Comment notre société prend-elle en considération les spécificités des personnes sourdes et malentendantes dans la vie quotidienne ? Comment notre société prend-elle en considération la réalité des enfants et adultes autistes ainsi que de leurs familles ?

Catherine Coutelle avait déjà beaucoup travaillé lors de la précédente législature au sein du groupe consacré au Sida, et lutté notamment pour le Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Palludisme. Mais sur ce sujet comme sur les autres, beaucoup reste à faire : parce qu’un groupe d’étude est le lieu de l’avant-garde législative, Catherine Coutelle a donc décidé de continuer l’action ici, en lien avec les préoccupations quotidiennes et le « terrain », vu la présence très importante d’établissements spécialisés dans la Vienne et la circonscription et des savoir-faire reconnus pour l’accueil des personnes concernées

… et un sujet écologique et économique majeur

La question de l’Arctique est d’un tout autre ordre ; elle n’en est pas moins importante. Confrontée au réchauffement climatique qui ouvre paradoxalement des horizons économiques de l’ordre de l’eldorado vu ses richesses avérées et supposées (en hydrocarbures, en minerais, etc…), la région arctique s’avère être au cœur des préoccupations géopolitiques de l’Amérique du Nord, de l’Asie et de l’Europe. Michel Rocard, l’ancien Premier ministre, a déjà travaillé sur le sujet en tant qu’Ambassadeur des Pôles pour la France. Au sein d’un groupe d’études parlementaire, Catherine Coutelle pourra travailler à ce que la question soit traitée avec l’importance qu’elle mérite, le sujet ayant par ailleurs des échos avec ses fonctions de Présidente de l’Association Interparlementaire France-Canada : l’Arctique est en effet l’un des sujets économiques majeurs pour nos amis d’outre-Atlantique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *