« Sexisme, pas notre genre »

Selon un sondage récent, pas moins de 40% des femmes déclarent avoir été victimes d’une humiliation ou d’une injustice parce qu’elles sont femmes. Le sexisme, conscient et inconscient, imprègne la société : c’est, selon les mots de Laurence Rossignol, ministre des droits des femmes, un « ensemble de stéréotypes, de représentations, de comportements qui parfois sont nichés dans notre inconscient collectif et qui contribuent à « impuissanter » les femmes, les ramener toujours à une condition dont elles sortent depuis plusieurs dizaines d’années et les déstabiliser au quotidien. » Pour lutter contre les agissements sexistes au quotidien, la ministre a souhaité lancer un grand plan d’action et de mobilisation.

Après un travail de mobilisation des associations féministes et des réseaux de femmes dans les milieux culturels, sportifs, professionnels, etc… elle a lancé ce soir au Palais des femmes à Paris un plan d’action et de mobilisation qui durera six mois. Objectif : miser sur la puissance de diffusion des réseaux sociaux, pour porter massivement dans l’espace public des actions permettant de mettre à jour les actes sexistes, d’en faire prendre conscience aux hommes qui les commettent mais aussi aux femmes qui en sont victimes, ou encore de rendre visible l’engagement des femmes, en misant entre autres sur la notoriété de quelques ambassadrices de l’opération. A l’appui de la campagne, un badge avec le slogan  « Sexisme, pas notre genre » marquera l’engagement dans l’opération et un hashtag #SexismePasNotreGenre permettra de mobiliser et de donner de la visibilité sur les réseaux sociaux. Catherine Coutelle soutient pleinement cette initiative, participera à la campagne et la relaiera sur ses comptes Twitter et Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *