Samedi après-midi

Samedi, je participais avec plus d’un millier de personnes à la manifestation de soutien à Samuel, Jean-Salvy et Patrick. J’y ai vu de l’émotion mais aussi du calme et de la dignité. Nous partagions tous un sentiment de gâchis en pensant aux deux jeunes emprisonnés dont, à l’évidence, la responsabilité n’était pas celle des casseurs, organisateurs de l’émeute de la semaine précédente. Les pictaves demandent la vérité, aucun ne demandait une justice expéditive. De mon côté, j’attends toujours la réponse du Ministre de l’Intérieur à ma demande d’explications sur les origines des violences et les éventuelles défaillances des services.
Nous avons souhaité terminer le rassemblement à Blossac et éviter tout débordement.
Une provocation verbale d’un manifestant. Une réaction vive de la police qui a cru utile d’arrêter un élément provocateur au risque de créer des troubles graves.
Seule la responsabilité des manifestants et des familles a permis d’éviter le pire.
J’ai tenté ensuite de discuter avec le Directeur Départemental de la Sécurité Publique pour appeler au calme. Les forces de l’ordre doivent apporter sécurité et protection. Leur formation, leur retenue, leur sang-froid leur donne un rôle particulier. Jamais elles ne peuvent contribuer à aggraver une situation déjà tendue.

Toute provocation est irresponsable. De tous côtés.
La ville de Poitiers a besoin de retrouver sa vie apaisée. Nous voulons tous la vérité et la transparence sur les troubles du 10 octobre, nous voulons tous une justice sereine qui permette de sanctionner les vrais responsables.

La manifestation de ce soir m’inquiète.

Nous penserons tous à Samuel et Jean-Salvy que j’ai rencontrés ce matin à la prison de Vivonne. Leur demande de remise en liberté sera examinée cette semaine. Souhaitons qu’elle le soit dans un climat serein.

2 commentaires

  1. Une nouvelle "société" se met en place, celle où l’usage du vocabulaire de notre langue est permis à certains, interdit à d’autres passibles d’arrestation, de "jugement" et de condamnation.
    Dans le bouche de certain :"casse toi pauv’con" est autorisé, dans la bouche d’autre c’est passible de condamnation…
    "bon dieu", il est temps que la France, patrie des droits de l’homme réagisse sinon nous en arriverons bientôt aux raffles à domicile !!…
    J’en profite pour dire qu’il est très "énervant" d’entendre parler d"élites" lorsque l’on parle des élus…qui, à mon avis, n’ont pas besoin de ce qualificatif (non mérité) pour être respectés s’ils sont respectables…comme tout citoyen.

    Répondre
  2. En principe les commissaires font que tout se passe pour le mieux entre manifestants et service d’ordre sauf évidemment cas de violences ce qui n’était pas le cas, mais ce jour là en faisant fermer les grilles du parc de Blossac cela n’a servi qu’à attiser la colère . C’était une manifestation calme et de gens dignes mais à la sortie on aurait voulu nous faire croire que les manifestants étaient des fous furieux avec cette présence policière si armée et si importante .
    Quand le commissaire de police dit à Mme Catherine Coutelle " qu’il fait son travail " on peut le faire certes mais mal et sans diplomatie .
    J’ai trouvé en lisant la NR de dimanche les propos déplacés même dit avec sobriété de ce commissaire de police vis à vis de notre député . Il oublie une chose c’est qu’elle est l’élue du (P)euple et lui est au service du (P)euple par son statut de fonctionnaire ce qui fait une différence énorme .Quand j’entendais les policiers nous dire qu’il était là pour nous protéger ils laissaient l’apparence du contraire et vu mon âge je me suis bien passé d’eux à part l’inconvénient de payer des contraventions . Ce commissaire de police devra appliquer d’autres méthodes pour pouvoir se faire adopter par les Poitevins et pour le moment ce n’est pas le cas . Pour Mme Catherine Coutelle avec beaucoup de volonté elle a tout fait pour calmer les manifestants de tout âge et sa présence a permis que cela se termine dans le calme. Simplement MERCI.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *