Rejet du rapport Estrela : la majorité conservatrice au Parlement européen fait le jeu des plus réactionnaires

parlement_europeen_643_300_w

COMMUNIQUE DE PRESSE

de Catherine Coutelle, Députée
Présidente de la Délégation de l’Assemblée Nationale aux Droits des femmes
et à l’Egalité des chances entre les hommes et les femmes

et Maud Olivier, Députée de l’Essonne,
Responsable des Droits des femmes au sein du Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

 

En rejetant le rapport Estrela, la majorité conservatrice au Parlement européen fait le jeu des plus réactionnaires face aux droits conquis par les femmes et pour les femmes, notamment en matière d’avortement.

Deux attitudes sont possibles. Soit on s’abrite comme le Parti Populaire Européen (PPE) derrière des logiques institutionnelles pour prétexter que le sujet relève des Etats plutôt que de l’Union – et dans ce cas-là, on doit assumer de tenir des positions contraires au progrès, contraires aux droits des femmes. Soit on considère qu’adopter un rapport même sans portée contraignante est un signal indispensable envoyé à tous les pays membres et notamment aux pays tentés par des reculs en matière de droits sexuels, comme l’Espagne, l’Irlande, la Pologne et Malte.

Il y a des sujets sur lesquels on ne doit pas tergiverser, même au PPE. En rejetant le rapport Estrela, la majorité conservatrice au Parlement européen fragilise la voix de l’Union lors des grands rendez-vous de 2014 et 2015 au cours desquels l’ONU définira les objectifs internationaux renouvelés pour renforcer les droits des femmes et les droits sexuels. Avec de telles prises de positions, l’Europe non seulement ne pèsera pas, mais en plus poussera la montée des conservatismes et les pires replis. Ce n’est pas l’Europe que nous voulons.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *