Refonder l’Ecole pour l’égalité réelle et la réussite de tous

ecole3

Symbole de la priorité donnée par le Gouvernement à l’éducation et à la jeunesse, la loi d’orientation et de refondation de l’école de la République, discutée cette semaine à l’Assemblée nationale, constitue une étape majeure pour l’émancipation de tous par l’éducation dès le plus jeune âge. La nouvelle architecture proposée de l’école combinera le retour à des fondamentaux de l’école républicaine et l’audace d’une nouvelle organisation de la transmission des savoirs.

 

Une école qui dégringole dans les classements internationaux pendant 10 ans sous la Droite. Une machine éducative cassée. 80000 postes supprimés en 5 ans, la formation des enseignants disparue. 120000 jeunes qui sortent chaque année du système sans diplôme : il fallait réagir, opérer un redressement vital pour les jeunes, pour l’avenir du pays. En quelques mois, sous l’impulsion du Président de la République et avec la détermination de Vincent Peillon et de George Pau-Langevin la « refondation » de l’Ecole est engagée. C’est une priorité. Une chimère ? Certainement pas : quand, aux débuts des années 2000, l’Allemagne a fait à peu près le même constat, il ne lui aura fallu que quelques années pour réussir. Une question de volonté, donc.

Renforcer le rôle des professeurs et garantir les valeurs de laïcité

Rétablissement de la semaine de 4 jours et demi, allongement de l’année scolaire, prise en charge des devoirs dans l’école, limitation des redoublements : la réorganisation du parcours scolaire, induite par la réforme, touchera tous les cycles, du primaire aux universités, avec une priorité donnée au primaire, véritable socle de toute refondation. Elle aura pour objectif ambitieux la mise en place de l’égalité territoriale et la lutte contre les inégalités sociales. Pour lutter contre ces dernières, la réforme permettra aussi d’améliorer l’orientation en amont des élèves, de réhabiliter les filières technologiques et professionnelles et d’assurer l’essor et la maitrise de l’univers numérique dans l’ensemble des écoles du territoire.

Au-delà de la création des 60 000 postes et des 6000 emplois d’Avenir Professeur destinés à susciter la vocation chez les étudiants les moins favorisés, une réelle formation des enseignants sera mise en place afin de s’adapter aux nouvelles situations scolaires. Côté projet éducatif, la définition du ministre Vincent Peillon résume l’ambition : «la morale laïque, c’est comprendre ce qui est juste, distinguer le bien du mal, c’est aussi des devoirs autant que des droits, des vertus et surtout des valeurs ». Il s’agit bien de transmettre un corpus de valeurs, de règles, de respect qui fonde le vivre ensemble.

Des amendements pour favoriser l’égalité femmes / hommes

Soucieuse de faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes, dans tous les domaines, Catherine Coutelle a proposé plusieurs amendements au projet de loi relatif à la refondation de l’école. Ces amendements, cosignés par de nombreux collègues et d’ores et déjà intégrés au projet par la Commission des Affaires Culturelles de l’Assemblée, sont destinés à renforcer d’une part ce qui est prévu, dans le cadre de la formation des enseignants rétablie, en matière de formation à l’égalité et la lutte contre les stéréotypes sexistes dès le plus jeune âge. En outre, il est proposé de stipuler que la formation dispensée dans les écoles élémentaires « assure les conditions d’une éducation à l’égalité de genre ». Enfin, d’autres amendements visent à établir la parité dans les instances de l’Education Nationale : Conseil Supérieur des Programmes, Conseil National d’Evacuation du Système Educatif.

 

> Plus d’information sur le projet de loi de refondation de l’Ecole sur le site du Ministère de l’Education nationale

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *