Projet de « bassines » dans la Vienne : ne pas sacrifier la ressource en eau à des intérêts catégoriels

Dès 2007 et avec constance, j’ai dit mon opposition à la constitution de réserves collectives de substitution en eau, qu’on nomme généralement « bassines ».

Destinées à l’irrigation agricole, elles présentent à mes yeux et aux ceux de nombreux.ses citoyen.ne.s et défenseur.e.s de l’environnement un double désavantage : solution de facilité pour ne pas mettre en œuvre d’autres méthodes que celle d’une agriculture productiviste peu respectueuse des ressources environnementales, elles représentent aussi une forme de confiscation de la ressource en eau au bénéfice d’intérêts catégoriels, alors que la loi sur l’eau de 1992 a consacré l’eau en tant que « patrimoine commun de la Nation ».

Des enquêtes publiques sont en cours pour l’aménagement d’une quarantaine de nouvelles bassines dans le département,  dont douze dans la 2° circonscription. Je tiens à formuler publiquement mon opposition à ces nouveaux projets démesurés au regard des réserves en eau actuelles et des perspectives inquiétantes du changement climatique. J’encourage les habitant.e.s à bien s’informer et à réagir selon les solutions offertes par les moyens de l’enquête publique. Enfin, je souhaite vivement que l’État prenne ses responsabilités, ces bassines contredisent l’intérêt général.

1 commentaire

  1. Bravo Madame la députée.
    Si vous persistez dans cette démarche, vous aurez toujours le soutien des humanistes. N’est ce pas le plus important ?
    Un insoumis de Trouville sur mer.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *