Pour une responsabilité sociale partagée

Plusieurs salariés de la société « Vortex » m’ont alertée sur leur situation. Après un appel d’offres, le Conseil Général a confié à Vortex le transport quotidien de jeunes handicapés.
Vortex s’était engagé à reprendre les salariés en poste, mais a, par la suite, dégradé considérablement les conditions de travail.
Ces emplois sont souvent précaires, à temps partiel, peu rémunérés. Toute diminution de l’indemnisation des frais (essence, temps d’attente), toute révision à la baisse du contrat de travail, est dramatique.
Si pour gagner des marchés en offrant le coût le moins élevé, certaines sociétés pénalisent lourdement leurs salariés, il est urgent de passer au « mieux disant » et d’insister sur les clauses sociales dans les marchés publics.

Cette évolution est attendue. Cette régulation est indispensable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *