Nous y sommes…

12 candidats sur la 2ème circonscription.

Cette campagne est surprenante. D’abord les citoyens français restent passionés par les échéances à venir. La présidentielle n’était qu’une étape. Ils veulent maintenant donner un projet à la France. L’accueil est trés bon sur le terrain, l’intérêt constant.
Nicolas Sarkozy manoeuvre. Le président de la République-président de l’UMP prépare les élections. Son gouvernement a été pensé pour séduire, ses premières mesures également. Pourtant, les images du lendemain de l’élection (la France Bolloré au large de Malte), les premières promesses non tenues (l’investiture de Christian Vanneste alors qu’il s’était engagé à ce que celui-ci ne soit pas de nouveau candidat…) trahissent la France que Nicolas Sarkozy veut construire et la façon dont il entend être président de la République le 18 juin.
Mais le peuple français n’a pa dit son dernier mot. Plusieurs centaines de circonscriptions éliront un représentant de gauche.

Dans la circonscription de Poitiers Sud, je continue mon action sur le terrain. Rien ne me passione davantage que la rencontre avec les habitants et les acteurs de ce territoire. Porte à porte, marchés et réunions publiques se succèdent. Je dialogue avec plusieurs centaines de citoyens et citoyennes chaque semaine. Tous et toutes me disent leurs envies de changement, leurs craintes du projet incarné par Nicolas Sarkozy. Surtout, c’est l’occasion pour moi de débattre de nombreuses questions. Cette démocratie directe est un plaisir, je m’engage à ce qu’elle guide mon action une fois élue. Place de Poitiers dans le développement de la circonscription, emploi et innovation, services aux personnes, rôle joué par l’Union Européenne, inégalité hommes-femmes, aides pour l’éco-habitat… lors des réunions publiques, tous les sujets peuvent être abordés et c’est chaque fois des participants actifs qui alimentent ces débats. Ils expriment une vraie satisfaction lors de nos rencontres, ils regrettent que par le passé, il ne leur ait pas été donné de rencontrer davantage leur représentant.

Quartiers populaires, zones rurales, centre-ville, tous et toutes, de toutes les générations, m’accueillent avec le même espoir. Celui du changement. Il est clair pour tous que la majorité actuelle au Parlement ne permettra pas ce changement. La gauche sera au rendez-vous les 10 et 17 juin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *