Non aux emplois jetables dans l’Education Nationale

Communiqué de presse – 25 mai 2007

Les premières mesures du nouveau gouvernement sont inquiétantes. La manifestation hier contre la suppression des contrats aidés dans l’Education Nationale mérite toute la mobilisation de la gauche.
De mon côté, avec les élus de la CAP (Communauté d’Agglomération de Poitiers), je me bats aux côtés des syndicats de Michelin pour que les licenciés retrouvent un emploi et pour créer de l’emploi nouveau. Dans le même temps, l’éducation nationale, elle, met à la rue, à la veille des vacances, 520 jeunes dans la Vienne, titulaires d’un contrat d’accompagnement, dont l’action a été reconnue (ils étaient la réponse au manque créé par la suppression des emplois jeunes, autre licenciement UMP ces dernières années). Ils se retrouvent sans emploi, sans indemnité chômage et sans que ne leur ait été proposée une formation pourtant promise.
François Fillon, premier ministre, dans la même journée reçoit les syndicats à Paris et, quelques heures plus tard, enlève toute perspective d’avenir à 30 000 jeunes en France. Ce gouvernement, à peine désigné, révèle le vrai visage d’une droite qui, dans la poursuite de l’action du précédent gouvernement aura pour politique de l’emploi un contrat unique permettant le licenciement accéléré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *