Municipales, un soutien présidentiel modulable

Le candidat Sarkozy avait prévu que l’état de grâce ne durerait pas, puisqu’il avait envisagé de faire avancer les élections municipales à l’automne 2007.

Le Président de la République, fort de ses sondages, a un moment pensé que son image serait un fort soutien aux candidats UMP aux municipales.

Ses troupes ont vu le danger car des élus de droite ont constaté sur le terrain, les effets de la politique dans l’opinion.

Comme le président ne gouverne qu’avec un seul compas : les sondages, et que la chute de la popularité apparaît brutale, la participation présidentielle à ces élections n’est plus à l’ordre du jour aujourd’hui.

Je m’interroge encore sur à la solidité de la ligne politique d’un président aussi versatile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *