Manifestation du 6 février / Interpellations – Communiqué de presse

Les députés socialistes Jean-Michel Clément et Catherine Coutelle ont rencontré ce lundi les représentants de plusieurs associations poitevines, notamment les organisateurs de la manifestation de samedi 6 février. Ils réagissent aux interpellations survenues à la fin du rassemblement.


Photo de Cha Micha sur AntiRep

« Poitiers n’est pas devenue une ville violente, gangrenée par de dangereux hooligans.
Pas plus que nous n’acceptons certains dérapages d’activistes coupables de dégradations importantes ces derniers mois, de la même façon que nous avions condamné le saccage violent des rues piétonnes le 10 octobre, nous pensons aujourd’hui qu’il est de la responsabilité de tous, et notamment de l’Etat de garantir à l’ensemble du mouvement associatif et syndical, aux citoyens en général, le droit de manifester et d’exprimer des idées.

Il en va du respect des libertés publiques.

L’action de la police consiste à protéger et à garantir le respect de la loi. La présence oppressante de forces de l’ordre en nombre démesuré, le zèle de certains fonctionnaires, le recours systématique au fichage vidéo et photo, les interpellations abusives et les brimades régulières en direction des jeunes, ne semblent pas réservées à notre département. Nous interpellerons très prochainement les ministres de l’Intérieur et de la Justice pour dénoncer ces atteintes répétées aux libertés.
Nous avons été des jeunes militants, nous sommes toujours des citoyens en colère, solidaires de messages d’alerte sur les dérives du pouvoir, de tous les pouvoirs. La manifestation pacifique de samedi dernier dénonçait par exemple des pratiques devenues insupportables dans la traque des sans-papiers, ne l’oublions pas.

Le non-respect des droits fondamentaux ne manque pas d’inquiéter tous les défenseurs des droits de l’Homme, les syndicats d’avocats ou de magistrats, simples fonctionnaires ou citoyens.

Ni complices, ni complaisants envers ceux qui enfreignent la loi, nous n’acceptons plus le climat sécuritaire qui ravive les tensions dans le pays.

Nous défendrons le droit pour tous et la sérénité pour Poitiers.»


Photo de Luis sur AntiRep

3 commentaires

  1. On ne peut que soutenir la démarche des élus nationaux de Poitiers.Un exemple de ce qui déplait :
    Suite au braquage à la poste des Couronneries les policiers ont rendu visite dans certains immeubles pour se renseigner de ce que l’on avait vu. Le policier qui a sonné chez moi c’est montré civilisé et extrèmement correct mais celui qui a été voir mes voisins qui ne répondaient pas assez rapidement à son gout a frappé brutalement et fortement à leur porte .Ce qui a fortement déplu à ces personnes d’un certain âge qui vivent leur petite vie.L’attitude et la désinvolture de ce fonctionnaire ne leur a pas laissé une bonne image de ce que peut être un policier.
    Des questions se posent :
    La police est -elle au service de la population ?
    La police est-elle là pour apaiser les tensions ?
    La police considère -t- elle toute la population comme des contrevenants ?
    La police fait- elle avec application son travail ?
    Certains membres de la police ont-ils leurs places dans cette fonction ?
    Pourquoi la police est-elle si éloignée moralement des citoyens qu’on ne la cotoie que par le biais du travail ?

    Comme toujours certains doivent faire du zèle allant au delà de ce qui est demandé et d’autres le font avec sobriété et efficacité mais on ne remarque que ceux qui ne le méritent pas comme dans toutes les professions.

    Répondre
  2. Pour compléter ce qui est dit plus haut voici ce que j’ai trouvé dans le Centre Presse dans la rubrique Mr ECHO du samedi 13 février 2010.

    A trouvé sa postière très remontée.Elle venait de subir un contrôle d’identité réalisé par des policiers sur la rocade des Couronnerie à Poitiers ,au motif qu’elle avait un manteau et un chapeau qui pouvait l’empêcher d’être à l’aise pour conduire.Mr Echo rappelle que nous sommes en hiver et que la température extérieure avoisine ces derniers jours les0° voire en dessous.

    Répondre
  3. Liberté, tu es en danger !
    Le pouvoir actuel piétine délibérément les libertés.
    Pour preuve, il ne va bientôt plus être permis d’utiliser des mots de la langue française exclusivement réservés à l’usage de Sarkosy : il y a quelques mois, un manifestant a été arrêté car il arborait une pancarte sur laquelle était écrit : "casse toi pauvre con". Ce manifestant s’est ensuite retrouvé devant un tribunal…que je sache, un certain Sarkosy a utilisé cette même phrase à l’encontre d’un de ses concitoyens, et là pourtant aucun doute il s’agissait d’une insulte, mais semble -t-il relevant du "fait du prince" et donc légale !
    Plus récemment, c’est un enseignant qui a eu les mêmes ennuis pour … la même raison !!!
    Mieux encore, alors candidat aux présidentielles en 2007, Sarkosy nous a "abreuvés" de son "Travailler plus pour gagner plus"…il y a quelques jours une étudiante des beaux arts a vu son oeuvre retirée illico presto de la façade des beaux arts pour cause de "troubles à la sécurité publique". En effet, son oeuvre comportait 4 mots : travailler, gagner, plus, moins … au public de classer les mots !!!
    Je pense qu’il est URGENT de nous mobiliser pour que notre "pays des Droits de l’homme" ne se retrouve pas sous une chappe de plomb !
    Le danger est réel et imminent…surtout quand les médias sont menacés d’être "passés à la Kalachtnikov".
    Ayant pris la précaution de mettre des guillemets, pour bien montrer que je ne m’appropie pas des mots réservés à certains et interdits au plus grand nombre, je pense ne pas être inquieté je n’ai fait que citer…!!!!
    Une touche optimiste pour finir, si nous respectons les interdits et n’utilisons plus les mots ni phrases prononcés par Sarkosy, cela nous évitera de dire des c… !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *