Madame Germaine TILLION

Quelques jours à l’étranger m’ont éloignée des détails de l’actualité, et je n’ai appris la disparition de Germaine TILLION qu’avec retard. Cette très grande dame de notre histoire disparaît alors que nous commémorons la tragédie concentrationnaire.

Le parcours de Germaine TILLION, entrée dans l’histoire de son vivant, est l’honneur des intellectuels engagés. De la Résistance à la déportation, du combat contre la guerre d’Algérie qu’elle connaît si bien, ses exigences de chercheur, de militante, de femme ont régi ses combats. Ses propos sur la violence, les débats de l’époque, montrent qu’elle se refusait malgré tout au manichéisme simplificateur cherchant par-dessus tout la justice dans l’exercice du combat contre le colonialisme.

Elle s’est battu jusqu’au bout, qu’il s’agisse des expulsions brutales des sans-papiers de Saint Bernard, de la torture en Irak ou de l’indigence de l’enseignement dans les prisons françaises.

Témoin du siècle, dans une actualité faisant la part belle aux people et aux faits divers, elle fait partie de notre conscience morale pour nous rappeler les exigences de liberté, de justice, de solidarité qui doivent nous guider.

1 commentaire

  1. Cette dame fut un exemple de courage et d’humanité.
    Elle a été aussi arrêté le 13 aout 1942 et déporté à Ravensbrück le 21 octobre 1943 à cause de l’abbé Robert Alesch qui dénoncera aussi de nombreux résistants et qui sera exécuté en 1949.
    Il serait bien que certaines villes ou villages lui donnent un nom de rue pour que sa vie nous serve d’exemple .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *