Madame Aubrac : un exemple

  Lucie Aubrac, qui avait des attaches familiales à Poitiers, est venue parler devant des élèves il y a quelques années et elle avait apporté son témoignage lors d’une journée de la femme un 8 mars. De telles rencontres marquent et leur souvenir est encore vif à l’heure de sa disparition.
  Elle ne donnait pas de leçon, elle témoignait, ne se posant pas en héroïne mais en femme française qui a dit non à la défaite, en femme qui a assuré des responsabilités au risque de sa vie ; en politique qui a lutté pour l’unification des mouvements de résistance ; en professeur qui a ensuite porté témoignage de l’histoire ; en féministe qui s’est battue pour le droit de vote des femmes ; en militante enfin qui est un honneur pour la gauche.
  Avec modestie, dans des temps moins terribles mais où la nécessité du combat politique de la gauche demeure, évoquer le souvenir et l’exemple de Lucie Aubrac doit renforcer notre volonté de nous battre pour plus de justice, d’égalité et de respect des droits de l’homme. A un moment où l’on sent monter une argumentation nauséabonde associant immigration et identité nationale pour flatter les nationalismes et racismes rampants que l’on croyait disparus, la mémoire des Résistants combattants pour la France, contre les fascismes et le racisme ne doit pas nous quitter.
  Au revoir Madame Aubrac.

1 commentaire

  1. Honte à Sarkozy qui fait rafler les parents et grands parents sans papier dans les écoles, où à Poitiers même à la préfecture (un marocain travaillant à Tri + le 15 mars, un chinoise marié à un français il y a qq mois…). Insupportable : et pendant ce temps "notre" député" UMP se fait photographier en Père Noël !
    Il faut que ce la change : en avril et mai aux Présidentielles, en juin aux législatives !!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *