L’Etat à l’écoute des quartiers de Poitiers

visite_prefete_1

 

Elisabeth Borne, préfète récemment installée en région, visitait la semaine dernière les quartiers de Poitiers à l’invitation du député-maire. Catherine Coutelle accompagnait la délégation à Pierre Loti, Bellejouanne et aux Trois Cités.

La préfète de région, Elisabeth Borne, était encore il y a peu en charge de l’urbanisme pour la ville de Paris. Autant dire que les opérations de rénovation de l’habitat dans les quartiers populaires n’ont pas beaucoup de secrets pour elle. Sa connaissance des problématiques de politique de la ville, des enjeux de mixité sociale garantissait son intérêt très fort pour le parcours que lui avait proposé Alain Claeys à travers l’ensemble des quartiers pictaves. Catherine Coutelle se réjouit de cet intérêt visible pour chaque zone urbaine : « Elle a pris le temps d’échanger partout avec les acteurs locaux, avec les habitants. C’est important : à travers la préfète, c’est l’Etat qui vient à la rencontre de tous les quartiers. C’est aussi l’Etat à l’écoute des collectivités et du besoin qu’elles ont d’être accompagnées pour leurs expérimentations et projets. »

Rassembler les énergies

A Bellejouanne, autour de Cap Sud, s’organisent plusieurs actions solidaires, souvent innovantes. Après une déambulation depuis la cité Pierre Loti, constatant les déconstructions des anciennes « barres » du logement social et détaillant les projets d’aménagement amorcés, après une visite de la médiathèque dans le groupe scolaire et des échanges au centre social listant ses activités, les élus, fonctionnaires et responsables associatifs se sont arrêtés sur une réussite : la réunion dans un même bâtiment (construit sur des fonds publics) de l’épicerie sociale et des Restos du Cœur  Cette expérience est concluante : synergies entre les deux associations, mutualisations et rationalisation des coûts, projets communs, qualité de l’accueil et accompagnement des bénéficiaires dès le hall du centre social à quelques mètres de là.

Faire participer les habitants

A Saint Cyprien, c’est bien sûr le bâtiment intergénérationnel de la rue René Amand qui a retenu toutes les attentions. Originale cette opération de rénovation qui consiste à augmenter encore les dimensions déjà importantes du bâtiment, « épaissi » par l’isolation extérieure, le déplacement des cages d’escalier et d’ascenseur en façade, l’ajout de balcons, etc. Unique ou presque ce chantier impressionnant (plus d’un an de travaux) conduit en présence des habitants dans 2/3 des logements. Mais l’atout principal du projet, c’est de l’avis de tous la participation des habitants depuis la première heure. Consultés sur l’avenir du bâtiment (auquel ils étaient trop attachés pour envisager une déconstruction), entendus sur les choix architecturaux (l’avis défavorable des résidents avait d’ailleurs conduit à l’abandon d’une première option), ils sont acteurs de l’opération jusque dans sa dimension sociale. Avec le concours de plusieurs associations de locataires et du centre socio-culturel, ils s’impliquent pour le volet « santé », pour l’invention et la mise en œuvre des services ou initiatives réunissant les générations. Catherine Coutelle relevait qu’il s’agissait bien de « leur projet. Ils y sont attachés, suivent avec attention chaque nouvelle étape et savent se faire entendre lorsque cela ne leur convient pas ». L’un des locataires rend compte au quotidien de la transformation du bâtiment sur un blog dédié.
La députée qui a présidé le centre socio-culturel avant d’être élue municipale, rappelle cette habitude ancienne de réunir les habitants du quartier autour des opérations de rénovation urbaine : « Lors de précédentes démolitions, qui sont toujours des moments très forts, tout un travail avait été mené autour de la mémoire des lieux (collecte de photos…) et de l’expression (mise en scène théâtrale de la transformation du quartier…) ». Elle souligne que « Poitiers se caractérise par une politique qui a d’abord porté attention aux quartiers avant le centre-ville : c’est une force de la ville depuis les années 1980. »

 

visite_prefete_2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *