Le retour à l’ORTF… la qualité en moins

« La voix de la France », telle était la définition de la télévision du Président G. Pompidou. Revient-on à cette époque révolue?

Je regrette que le débat sur l’audio-visuel et la Réforme du financement de la télévision ne mobilisent pas plus quand la liberté d’informer va être remise en cause. L’affaiblissement des moyens des chaînes publiques, les cadeaux faits aux chaînes privées ne laissent pas augurer d’une élévation du niveau culturel des programmes.

Quant à la nomination du Responsable de la TV publique par le Président de la République, c’est le retour en arrière de plus de 30 ans.

A quand la nomination d’un ministre de l’information et de la ligne directe du gouvernement avec la rédaction du journal télévisé…?

3 commentaires

  1. Vous dites regretter l’absence de mobilisation, c’est tout a fait juste , certains préférant s’occuper de leur ego que de l’intéret des petites gens , la télé publique il y a longtemps qu’ elles ne les intéressent plus….

    Répondre
  2. Depuis 2002 la télé publique est au service de sARKOSY et de ses sbires .Même le dimanche nous avons le droit a la télé sARKOSISTE et de ses amis .Il est quand même anormal de voir certains se servir d’un outil appartenant à tous les Français comme d’un bien propre.Il nous faut un service publique ou toutes les tendances politiques soient présentes à parts égales dans les émissions et les débats .Il faut que la laicité soit elle aussi appliquée ce qui est bien souvent oublié.Il faut que la redistribution de la taxe télévisuelle soit bien au service de la télé publique car il est anormal de subir des rediffusions pendant les 3 mois d’été.Autrement dit la télé ne doit pas appartenir à l’UMP qui en est arrivé à vouloir décider ce qui est bien ou mal pour nous .Nous sommes dans l’inquisition télévisuelle.

    Répondre
  3. Oui, il faut se mobiliser, c’est tout simplement une question de liberté élémentaire.
    Mais se mobiliser, c’est quoi? C’est agir en utilisant les moyens dont l’on dispose : le parlement(on voit comment il est traité), les élus, les réunions publiques quand elles existent…
    Il faut un "déclencheur", une impulsion pour canaliser en force cette mobilisation. A mon avis, elle peut venir des politiques, bien sûr de la gauche.
    Sur les problèmes sociaux, les syndicats essaient de faire leur boulot, les lycéens s’en débrouillent plutôt bien.
    Pour les problèmes de société, de liberté tel que le sujet "télévision publique", je crois que les politiques sont les mieux placés pour "organiser" la riposte.
    Proposez une action, et vous verrez que la mobilisation se fera, nous n’attendons que cela pour enfin exercer ce contre pouvoir qui n’a plus de place ailleurs.
    Pour ma part, exaspéré par l’omnipresence des membres du gouvernement et de son parti godillot sur France 2 le matin aux 4 vérités, j’ai déposé, en juin, une réclamation auprès du CSA.
    C’est bien peu me direz vous, mais si chacun "alimentait" ce CSA de réclamation peut-être que…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *