Le « Contrat de génération » : pour l’emploi des jeunes et des séniors

Encourager la solidarité des jeunes et des seniors pour gagner la bataille de l’emploi, c’est l’idée du « Contrat de Génération », présentée mercredi 12 décembre en Conseil des Ministres par le premier ministre, Jean Marc Ayrault. Portés par François Hollande lors de la campagne présidentielle, les contrats de génération ont pour objectif d’encourager l’emploi des jeunes, de préserver l’emploi des séniors par le partage d’expérience et des savoirs, et ainsi de créer une solidarité intergénérationnelle utile à la compétitivité des entreprises françaises. Prochaine étape : la rentrée parlementaire de la mi-janvier pour la  discussion à  l’Assemblée Nationale.

C’était l’engagement 33 du projet présidentiel : « Je proposerai un contrat de génération pour permettre l’embauche par les entreprises, en contrat à durée indéterminée, de jeunes, accompagnés par un salarié plus expérimenté, qui sera ainsi maintenu dans l’emploi jusqu’à son départ à la retraite. Ce « tutorat » permettra de préserver des savoir-faire et d’intégrer durablement les jeunes dans la vie professionnelle». La mise en place du contrat de génération est une étape importante de la bataille pour l’emploi menée par le Gouvernement.

Offrir un CDI pour les jeunes 

Aujourd’hui le taux de chômage des jeunes frôle les 23 %, et ¾ de leurs embauches se fait sur CDD ou par intérim. Le contrat de génération s’attaque à cette situation alarmante. Il s’adresse à tous les jeunes de moins de 26 ans, (30 ans pour les jeunes en situation de handicap) en incitant les entreprises à embaucher un jeune sous CDI. Plus de 500.000 contrats devraient voir le jour sur 5 ans, soit plus d’un million d’emplois préservés ou créés, et 800.000 jeunes  seraient directement concernés.

Un bouclier social pour les seniors

Le taux d’activité des seniors est l’un des plus bas d’Europe : moins de 45 %. Ecartés de l’emploi à quelques années de la retraite, il leur est très difficile de retrouver une activité salariée. Avec le contrat de génération, toute entreprise qui signe un contrat avec un jeune s’engage à maintenir l’emploi d’un salarié de plus 55 ans. 400.000 emplois seniors pourront être ainsi préservés.

Des aides et des sanctions

Pour financer les contrats de génération, les entreprises de moins de 300 salariés bénéficieront d’une aide de 4 000 euros sur chaque contrat qu’il signe. Par ce dispositif, la transmission des compétences au sein de l’entreprise sera favorisée. L’expérience des uns sera mise au service de la formation des autres. Pour les entreprises de plus de 300 salariés, il n’y aura pas d’incitation financière, mais une négociation collective devra être engagée avant la fin Janvier. L’absence d’accord se traduira par une pénalité. Par exemple, les aides sur les charges patronales pourront être conditionnées à l’existence et à la qualité d’un accord sur les contrats de génération.

 

Plus d’information sur le site du ministère de l’emploi

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *