La gauche unie pour une région qui reste une région de progrès

COMMUNIQUE

___

CATHERINE COUTELLE
Députée de la Vienne,
Présidente de la Délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale

 

La gauche unie pour une région qui reste une région de progrès

Dimanche dernier, la liste conduite dans la région Poitou-Charentes – Limousin – Aquitaine par Alain Rousset et avec Jean-François Macaire est arrivée en tête. Dans la deuxième circonscription de la Vienne, l’analyse des résultats permet de constater que les électrices et électeurs se sont mobilisé-e-s pour la gauche plus que pour la droite, et je salue leur mobilisation. Mais les scores du FN sont très élevés.

A l’ensemble des électrices et électeurs, je veux dire de nouveau combien il est important de voter. Dimanche, au second tour, voter c’est être attaché à la citoyenneté, à la démocratie, à la République. C’est faire reculer les scores du Front national.

A celles et ceux qui ont choisi le FN au premier tour, je dis que ce n’est pas la bonne solution. La crise, la précarité, la peur du lendemain, les attentats terroristes peuvent donner envie de croire à ses solutions simplistes… et mensongères. La réalité, c’est que dimanche nous faisons des choix pour les lycées, les TER, les aides à l’emploi local, à la culture, au sport, aux associations, etc… Ces choix sont politiques. Et, non, les politiques de gauche, de droite et d’extrême droite ne sont pas les mêmes, pas du tout. Seule la gauche fait des choix qui protègent véritablement et sincèrement les plus fragiles d’entre nous et les classes moyennes.

La Gauche, toutes listes confondues, était loin devant au premier tour. Unie au second, elle est là pour continuer l’excellent travail réalisé par Ségolène Royal et Jean-François Macaire en Poitou-Charentes depuis 2004. Dimanche, j’appelle à voter pour la liste socialiste, radicale et écologiste soutenue par les communistes. Il faut  aller voter si on n’y est pas allé dimanche dernier. Et, aux électrices et électeurs favorables à la gauche au premier tour, j’en appelle à y retourner sans faute, sans penser qu’on peut se relâcher. Le faire, c’est choisir une région de progrès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *