La droite incorrigible dans sa volonté de manipuler l’Histoire

Je présidais hier, en l’absence de Bernard Accoyer, la mission mémorielle de l’Assemblée Nationale. Nous recevions le ministre Xavier Darcos (voir la vidéo – lien obsolète : http://www.assemblee-nationale.fr/13/commissions/questions_memorielles/quest_memo-20081028-1.asp), lequel en fin de séance a souhaité que le parlement décide de ce qui devait être enseigné à l’école, notamment pour l’Histoire.
Une vision radicalement différente de celle que nous portons. A travers moi, le groupe Socialiste, Radical et Citoyen, a condamné fortement cette dérive. Voici le communiqué que j’ai adressé à l’ensemble des médias.


La droite incorrigible dans sa volonté de manipuler l’Histoire

La droite est incorrigible dans sa volonté d’imposer une écriture officielle de l’histoire.
Après la tentative peu glorieuse et avortée de réhabiliter la colonisation dans les manuels scolaires, le ministre de l’éducation, M.Darcos, s’est illustré à son tour dans cette voie en proposant, devant la mission mémorielle de l’Assemblée nationale, que le Parlement soit consulté sur les programmes scolaires d’histoire.
C’est une très mauvaise idée. Comme l’a rappelé Jean-Marc Ayrault dans le débat de 2005 sur la colonisation, il n’appartient pas aux institutions de la République d’écrire et a fortiori d’enseigner une histoire officielle comme le font les régimes autoritaires. C’est la vocation des historiens et des professeurs.
Les travaux de la mission mémorielle montrent d’ailleurs que les visions politiques de l’histoire peuvent être contrastées voire opposées. Il est inimaginable de concevoir que les programmes d’histoire puissent changer en fonction de la majorité parlementaire.
Cette conception d’une Histoire propagandiste et imposée est l’opposé de notre recherche d’une mémoire partagée dans laquelle tous les citoyens puissent se reconnaître.

Catherine Coutelle
Vice-présidente de la mission mémorielle de l’Assemblée nationale

Communiqué de presse du groupe Socialiste, Radical et Citoyen de l’Assemblée Nationale

3 commentaires

  1. si l’on laisse faire la droite , dans les manuels d’histoire plus un mot sur le front poulaire , la résistance mais plus proablemnt l’apologie de la colonisation et ses bienfaits , vraimnt une conception étrange de l’histoire

    Répondre
  2. Depuis Jules Ferry cela ne s’était pas produit. Félicitations pour cette position, maintenant, il faut se mobiliser sur la suppression de l’histoire-géographie comme matière obligatoire en seconde.
    Sur ce point, la mobilisation doit être générale.
    Toutes ces mesures sont anti-républicaines et démontrent une fois de plus que les institutions de la cinquième république sont à bout de souffle, et que par conséquent la démocratie est en danger.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *