L’Iran s’en prend à Shirin Ebadi

La police iranienne a fermé ces jours-ci les locaux de l’association de Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix, élevée récemment au rang de docteur honoris causa de l’Université de Poitiers. J’ai diné avec cette femme extraordinaire, infatigable militante des droits de l’homme et de la femme. Aussi, je condamne cet acte qui porte atteinte à ceux qui se battent dans leur pays pour défendre les droits de l’Homme.

Aucun motif n’a, semble-t-il, été donné. Ce que l’on peut néanmoins comprendre, c’est que Téhéran se replit sur ses vieux démons, alors que depuis quelques années certaines ouvertures paraissaient possibles. S’attaquer au premier prix Nobel de la Paix musulman, c’est s’attaquer à un symbole.

Un symbole pour le monde entier. On y verra le refus de reconnaitre les valeurs universelles alors même que nous célébrons partout le 60ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Mais aussi un symbole à l’intérieur de l’Iran, alors que le régime est de plus en plus contesté par sa population. La répression des manifestations du 10 décembre dernier, organisées par les étudiants en lutte, est un autre exemple de ces attaques contre la liberté de penser.

Je m’inquiète donc de cette décision, je m’inquiète pour les droits de l’Homme mais aussi pour le peuple iranien. Je m’inquiète de ces nouveaux reculs sur le chemin de la liberté et de la démocratie.

1 commentaire

  1. Madame le député,
    Association Anahita salue chaleureusement votre présence aux côtés de Shirin Ebadi lors de son séjour à Poitiers et le soutien que vous avez ainsi apporté à ce symbole de défense de la liberté, de l’égalité et des droits de l’homme. Notre temps a besoin, plus que jamais, de bonnes volontés pour soutenir les valeurs fondatrices de la société humaine. Cet engagement visible et cette sensibilité à votre niveau est porteur d’espoirs pour tous.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *