Inquiétudes au lendemain de la rentrée

Le ministre n’y a vu que du bon. Pour ma part, au lendemain de la rentrée, après avoir rencontré les enseignants et les parents d’élèves, je n’ai vu que difficultés et incertitudes.

Les communes de la 2e circonscription sont parmi celles dont la démographie est la plus dynamique dans le département.
A Montmidi, à Vivonne, à Smarves, aux Roches-Prémarie, à Marçay, à Vouillé, à Mignaloux-Beauvoir, etc, j’ai constaté combien les classes étaient surchargées : plus de 30 en maternelle ou en CM2, plus de 25 en CP, etc. Pourtant, les communes ont investi et continuent d’aménager des locaux adaptés à l’accueil des enfants.
Mais les 16000 suppressions de poste cette année encore pèsent lourd : effectifs trop importants, mobilisation des remplaçants qui ne seront plus disponibles dans l’année, carence d’assistants de vie scolaire, disparition des postes de secrétariat de direction, etc.

Cette rentrée renforce l’inquiétude de la communauté éducative qui se sent désormais abandonnée : métiers peu valorisés, non remplacement maintenu d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, recrutement de vacataires via Pôle Emploi, affaiblissement considérable de la formation des enseignants, absence de prise en charge de certains jeunes avec handicap, démantèlement de la carte scolaire, baisse de moyens, retrait des crédits permettant les activités scolaires, hausse du coût des fournitures…

A Poitiers, 169 enfants qui auront 3 ans au 1e janvier 2012 n’ont pas pu être accueillis en classe. A Vivonne, 19 enfants de moins de 3 ans n’ont aujourd’hui aucune solution de garde. Les parents sont laissés dans l’embarras, invités à se débrouiller ou parfois à suspendre leur activité professionnelle.

Le retour de la morale au programme ne permettra pas de détourner le regard durablement.
Plus de 150.000 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans qualification.
Les enseignants comme les parents d’élèves perdent confiance dans l’école de la République et réclament les moyens nécessaires à la formation des citoyens de demain.
Il y a urgence à refaire de l’éducation un engagement fort de la nation. Nous devrons refonder l’école avec l’engagement de la société toute entière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *