Inégalités/Précarité : la double peine des femmes dans la crise

Catherine Coutelle défendra ce jeudi 17 novembre dans l’hémicycle la proposition de loi du groupe Socialiste, Radical et Citoyen tendant à lutter contre la précarité professionnelle des femmes.

Ce texte dont elle est première signataire avec Christophe Sirugue, vise à dénoncer les ressorts d’une société qui fait aujourd’hui des femmes l’écrasante majorité des 2 millions de travailleurs pauvres en France.

Dans la crise, elles sont, comme les hommes, victimes des mesures d’austérité et d’un pouvoir d’achat diminué alors qu’elles souffrent déjà particulièrement de la précarité professionnelle et d’inégalités sociétale et familiale. Elles sont près de 4 millions à temps partiel et sont également particulièrement concernées par les contrats à durée déterminée. Les carrières interrompues, la pénibilité de métiers occupés essentiellement par les femmes, mais aussi l’inégalité persistante de la répartition des tâches domestiques sont autant de points à prendre en compte pour agir efficacement.

La proposition de loi veut notamment encadrer les conditions de travail dans les services à la personne par la création d’un label « Inclusion sociale », le renforcement de l’intermédiation et la professionnalisation. Parmi les dispositions, les députés socialistes prévoient également la pénalisation du recours abusif au temps partiel par l’instauration d’une majoration de cotisations sociales dans les entreprises de plus de 20 salariés.

Catherine Coutelle, membre de la Délégation aux Droits des Femmes et à l’Egalité Hommes-Femmes de l’Assemblée Nationale, co-responsable du travail de son groupe politique sur ces questions, présentera en discussion générale le texte de loi dans le cadre d’une journée réservée aux initiatives parlementaires de l’opposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *