France – Canada : encore renforcer les liens

Catherine Coutelle vient d’être nommée par Claude Bartolone présidente déléguée de l’Association Interparlementaire France – Canada (AIFC), «  compte tenu de son engagement constant lors de la précédente législature ». Mais qu’est-ce que l’AIFC ? Dans les grandes lignes : une association qui contribue au renforcement des liens entre deux nations liées par l’Histoire et la relation particulière de l’Hexagone avec le Canada et le Québec. Présentation…

Septembre 1965 : Jacques Chaban-Delmas, alors président de l’Assemblée Nationale, et Alan Aylesworth Macnaughton, président de la Chambre des Communes canadienne, créent l’Association Interparlementaire France-Canada. But désigné ? «  Prendre toutes les initiatives susceptibles de favoriser le renforcement des liens entre les parlements des deux pays. »

Unique

Depuis, l’AIFC présente une particularité : elle est la seule association interparlementaire qui soit «  bicamérale » : la section française est ainsi à la fois composée de  députés et de sénateurs, fait unique pour une association parlementaire en France. La section française de l’AIFC est en théorie présidée par le Président de l’Assemblée ; en pratique, il délègue la présidence effective à un ou une député-e. Claude Bartolone a ainsi récemment nommé Catherine Coutelle «  compte tenu de (son) engagement constant au sein de l’association sous la précédente législature et connaissant (son) attachement à la relation franco-canadienne. »  L’association tient chaque année un comité permanent, alternativement en France et au Canada, le prochain aura lieu les 10 et 11 décembre à Ottawa.

Amitié, confiance et liens renforcés

Mais au-delà du fonctionnement statutaire de l’AIFC, il faut retenir que ses membres figurent parmi les interlocuteurs privilégiés des parlementaires et des dirigeants politiques en déplacement ainsi que des ambassades de France à Ottawa et du Canada à Paris. Les liens en sont renforcés entre les deux pays, contribuant à l’instauration d’un climat d’amitié et de confiance propice à favoriser y compris les échanges économiques entre les deux pays : la rencontre de Catherine Coutelle lundi 19 novembre avec Noël Kinsella, président du Sénat canadien, en est une illustration. Ce rendez-vous a permis des discussions sur la francophonie et la nécessité d’une densification et d’une fluidification des échanges entre jeunes de nos deux pays, et ce en présence d’Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l’étranger. Bien plus que le renforcement des liens entre les Parlements français et canadien, c’est bien à un renforcement des liens entre les deux pays que Catherine Coutelle et l’AIFC vont travailler dans les cinq ans à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *