Entreprendre au féminin : prendre la parole, témoigner, encourager

30% seulement des chefs d’entreprise sont des femmes. Et les chiffres sont pires encore dans le secteur des entreprises innovantes : là, elles ne sont que 10%. Et pourtant, les femmes sont plus diplômées que les hommes… Parce que la Région Poitou-Charentes est l’une des neuf régions engagée avec le Ministère des droits des femmes dans une convention visant à corriger ces inégalités, Najat Vallaud Belkacem était lundi à Poitiers pour la signature, à l’invitation de Ségolène Royal et dans la circonscription de Catherine Coutelle, députée et Présidente de la Délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale. Retour sur une journée où la parole des femmes s’est faite encouragement pour leurs paires.

colloque643

Passer de l’égalité théorique à l’effectivité des droits : c’est la volonté de Najat Vallaud-Belkacem, première Ministre des droits des femmes de plein exercice depuis bien longtemps. Une volonté partagée par de nombreux actrices et acteurs politiques, notamment en matière d’égalité professionnelle et salariale. Là, malgré la législation, les avancées peinent à se concrétiser alors que « la législation en faveur de l’égalité professionnelle compte déjà presque un demi-siècle d’histoire », rappelait la présidente de la Délégation aux droits des femmes dans une tribune publiée sur le site de Mediapart à la fin de l’année 2012, appelant désormais de ses vœux « des sanctions, l’incitation ne suffisant pas ».

Incitation et bonnes pratiques

En matière de création d’entreprise, pas de sanction possible en revanche : voilà pourquoi la Ministre mise sur les dispositifs incitatifs et sur l’essaimage des bonnes pratiques. Tel est l’objet de la Convention signée entre le Ministère et les Régions volontaires : et en la matière, la Région Poitou-Charentes a des expériences à mettre en lumière. C’est ainsi que, lundi, la visite ministérielle a commencé sur le terrain chez Sandra Martin, cheffe de l’entreprise Futuramat (Poitiers), soutenue par la Région : la jeune femme s’y bat depuis plusieurs années pour développer une entreprise qui crée des plastiques, des « polymères » réalisés uniquement à base de végétaux. Une innovation qui parle de combinaison possible et attestée entre développement économique et respect de l’environnement. Mais qui dit aussi la difficulté de Sandra Martin, de ses combats pour percer dans cette activité en tant que femme, vu aussi le caractère innovant de son segment.

futuramat643

Difficultés et méfiances

Une percée difficile qui, malheureusement, n’est pas chose rare pour les femmes qui se lancent dans la création ou la reprise d’entreprise, dans l’innovation ou non. Lundi, autour d’un déjeuner rassemblant une centaine de femmes de Poitou-Charentes puis lors d’un colloque, elles ont unanimement témoigné de leurs difficultés à créer ou reprendre des activités. Quels obstacles ? « Le manque de confiance personnelle, au départ. Puis, quand elles ont osé, les difficultés sont parfois plus importantes que pour les hommes : la méfiance des banques, la méfiance des différentes structures d’accompagnement. La difficile articulation vie professionnelle / vie personnelle, aussi, qui pose des problèmes de gestion du temps. Ou encore la grande méfiance de certaines professions, comme pour ces trois jeunes femmes, Floriane Janssens, Manon Balaya et Pauline Joussenet qui, après avoir eu mille peines à trouver un stage, viennent d’être désignées vice-championnes du concours de pâtisserie au SIRAT des arts gourmands de Lyon », résume Catherine Coutelle.

patisssieres643

Encouragements mutuels et ministériels et réussites

Ainsi, lundi, les témoignages furent nombreux à décrire les difficultés des femmes, certains secteurs paraissant tout particulièrement encore résister à la féminisation des chefs d’entreprises, comme l’agriculture, l’ostréiculture ou le bâtiment notamment. Et pour autant, des expériences relatées sont ressortis des propos très encourageants : celles qui ont franchi le pas ne le regrettent pas, relevant aussi l’importance des dispositifs publics, en particulier régionaux, d’accompagnement ; ou encore l’opportunité de se structurer en société coopérative, mal connue mais souvent déterminante pour la reprise d’une activité. Des encouragements mutuels, des encouragements ministériels aussi, cette prise de parole publique allant dans le sens des incitations voulues par Najat Valaud-Belkacem qui, à l’approche du 8 mars, notait récemment que « la journée des droits des femmes, le souci de réaliser l’égalité réelle, ce doit être chaque jour de l’année ». En matière de création/reprise d’entreprise, il y a tout lieu d’espérer voir le changement. Car si l’égalité n’est pas encore statistique, les femmes ont un atout majeur pour la réaliser : les entreprises dirigées par des femmes réussissent mieux sur le long terme et créent plus d’emplois. Vivement l’égalité femmes – hommes dans la création d’activité…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *