Egalité femmes – hommes : Catherine Coutelle membre du Haut Conseil

Hier, le Premier Ministre a installé le Haut Conseil à l’égalité Femmes Hommes, présidé par Danielle Bousquet. Catherine Coutelle en est membre de droit en tant que présidente de la Délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale. Une nouvelle étape importante pour l’action en faveur des femmes et pour bien débuter 2013.

Photo : Pierre Chabaud/Matignon

 

Après la constitution d’un gouvernement paritaire, après la nomination d’une ministre de plein exercice, après avoir relancé une action gouvernementale volontariste dans chaque domaine ministériel lors d’un Comité interministériel  le 30 novembre, c’est une étape supplémentaire qui a été franchie hier pour les droits des femmes : le Haut Conseil à l’Egalité Femmes – Hommes est non seulement créé mais il est aussi désormais installé.

Animer le débat public

S’inscrivant dans le droit fil du Comité interministériel du 30 novembre, le Haut Conseil a été créé par un décret présenté par Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes. Il remplace notamment l’Observatoire de la Parité, avec pour but, comme l’indique le décret, « d’assurer la concertation avec la société civile et d’animer le débat public sur les grandes orientations de la politique des droits des femmes et de l’égalité, notamment en ce qui concerne la lutte contre les violences de genre, la place des femmes dans les médias et la diffusion de stéréotypes sexistes, la santé génésique, l’égal accès aux fonctions publiques et électives et la dimension internationale de la lutte pour les droits des femmes. »

« Diversité et qualité des membres »

Hier à Matignon, en présence des membres d’un Haut Conseil évidemment paritaire, Catherine Coutelle a dit sa satisfaction de le voir installé par Jean-Marc Ayrault sans tarder. « La Délégation aux droits des femmes, soit par des propositions de loi, soit en se saisissant des projets de loi du gouvernement et de la loi cadre sur les droits des femmes, aura à travailler des textes difficiles. », a-t-elle souligné, se satisfaisant que «  les études d’impacts (qui seront menées par le Haut Conseil) en termes de genre devraient nous éclairer. Je compte particulièrement sur le Haut conseil à travers toute la diversité et la qualité de ses membres, pour nous accompagner dans cette tâche. » Et d’ajouter que «  sous la houlette de Danielle Bousquet que je connais bien, avec qui j’ai eu le plaisir de travaille pendant 5 ans  » elle pressentait un Conseil « de la plus grande utilité, de la plus haute efficacité. »


 

Ci-dessous l’intervention de Catherine Coutelle lors de l’installation du Haut Conseil à l’Egalité Femmes Hommes à Matignon

Je suis très heureuse d’être ici aujourd’hui, en tant que Présidente de la Délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale, en ce début d’année, qui sera j’en suis sûre une année de progrès pour les droits des femmes.

Monsieur le Premier Ministre, l’installation du Haut conseil à l’égalité s’inscrit dans la nouvelle dynamique que vous avez mise en place depuis mai 2012 en terme de parité et en terme d’égalité.
Après le Ministère de plein droit, je salue la facilité et la qualité du travail que nous pouvons conduire avec vous, Madame la Ministre, et avec vos services.
Après la tenue du comité interministériel qui a affiché réellement la volonté que l’égalité entre les femmes et les hommes irrigue toutes les politiques, le Haut conseil  que vous installez auprès de vous M. le Premier ministre, complète le dispositif. Et en ce début d’année 2013, c’est un signal fort.

Membre de droit de ce Haut conseil, je suis sûre que nous conduirons un travail productif et des échanges fructueux tant en termes de concertation, d’évaluation des politiques publiques, que de recommandations.
Les notes et les études du Haut conseil alimenteront le travail législatif que nous devons rendre davantage utile et efficace.

En 2013,  je souhaiterais souligner que trois enjeux seront au cœur de nos préoccupations :

– la parité en politique avec la réforme territoriale et le non cumul des mandats ;

l’égalité professionnelle, égalité de l’emploi, de la formation, des salaires, des  carrières et des retraites.
C’est une grande priorité de la Délégation aux droits des femmes, un vaste sujet mais plusieurs textes doivent nous permettre d’atteindre enfin  l’égalité  réelle, économique et financière, entre les femmes et les hommes ;

– enfin, les violences faites aux femmes et particulièrement la lutte contre la traite et les réseaux mafieux.

Pour conduire ces réformes, les traduire en textes législatifs, le Parlement a besoin  d’une société capable de débattre, en s’appuyant sur les expert-e-s, les chercheurs, les associations.
Je rêve de conférences de consensus dans lesquelles on est capables non pas de chercher l’unanimité mais de s’écouter et d’écouter des arguments et avis contradictoires.
La Délégation aux droits des femmes, soit par des propositions de loi, soit en se saisissant des projets de loi du gouvernement et de la loi cadre sur les droits des femmes, aura à travailler des textes difficiles. Les études d’impacts en termes de genre devraient nous éclairer.
Je compte particulièrement sur le Haut conseil à travers toute la diversité et la qualité de ses membres, pour nous accompagner dans cette tâche.

Sous la houlette de Danielle Bousquet que je connais bien, avec qui j’ai eu le plaisir de travaille pendant 5 ans, je pense, Monsieur le Premier Ministre, que vous mettez en place un Conseil de la plus grande utilité, de la plus haute efficacité.

Nous ferons réellement avancer  l’égalité entre les femmes et les hommes et nous construirons ainsi une société plus juste, en souhaitant atteindre la troisième génération des droits des femmes, celle de l’égalité réelle.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *