Ecouter, débattre et faire gagner François Hollande

Trois phénomènes marquent ce premier tour de l’élection présidentielle.

  • La participation, très forte, déjoue certains oiseaux de mauvaise augure et montre que les Français voulaient s’exprimer après 5 ans de sarkozysme. Ce qu’ils nous disaient d’ailleurs très nettement ces derniers jours (alors qu’en mars, ils semblaient s’agacer de la campagne dans les médias).

  • François Hollande réussit son pari d’être en tête après sa désignation lors des primaires et avec le soutien de tout le Parti Socialiste rassemblé. Il est devant le président sortant. C’est la première fois dans l’histoire de la Ve République que le challenger l’emporte au 1er tour. C’est le premier round de la sanction que veulent donner les électeurs. Le rejet de cette politique injuste est très fort dans l’opinion.

  • Marine Le Pen cristallise non seulement le vote protestataire mais aussi un vote d’adhésion face à la crise, l’angoisse du chômage, la peur de la mondialisation et de la destruction des emplois de production.

Dans la deuxième circonscription de la Vienne, François Hollande devance de dix points le candidat de l’UMP (34,3% contre 24,3%). Et si le Front National a progressé à 12,1%, score bien trop élevé, l’extrême droite obtient un résultat moins fort qu’au niveau national.

Quant à nos amis du Front de Gauche et Europe Ecologie Les Verts, ils y réalisent des scores comparables au reste du pays. Leur dynamique est utile à la gauche et au changement.

François Hollande fait une bonne campagne. Des militants et de nombreux sympathisants qui étaient venus voter aux primaires socialistes, ont relayé, grâce au porte-à-porte, aux rencontres, aux discussions, le projet de notre candidat et les enjeux de cette élection présidentielle pour le pays mais aussi pour l’Europe.

Il nous faut entendre et comprendre le vote de ceux qui sont durement touchés par les injustices, la crise, la précarité, la difficulté d’accéder aux soins, l’éloignement des services publics.

Il nous reste 14 jours pour écouter, répondre, convaincre ceux qui douteraient, poursuivre nos échanges avec les jeunes, les salariés, les femmes précaires, etc.

A nous d’être disponibles, présents, ouverts et convaincants. Chaque voix va compter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *