Deux ministres à l’écoute des entreprises de la Vienne

Si le bruit des machines gêne parfois les échanges vocaux, les chefs d’entreprise du département ont su se faire entendre des deux ministres en visite à Poitiers et Châtellerault. Cela tombe bien, si Pierre Moscovici et Nicole Bricq avaient fait le déplacement dans la Vienne, c’était autant pour relayer la boite à outils gouvernementale pour la compétitivité que pour observer et écouter les premiers ressentis des gérants de PME après quelques semaines de mise en œuvre de ces mesures. Catherine Coutelle accompagnait la délégation tout au long de l’après-midi de lundi.

mosco1

Elisabeth Guillaumond, gérante de la société de menuiseries extérieures FABRIX, ne s’est pas privée de l’opportunité qui lui était donnée ce lundi de dire à Pierre Moscovici, venu la rencontrer au milieu de l’atelier, ce que sont, pour elle, les réalités quotidiennes des entrepreneurs. Validation partielle des dispositifs d’accompagnement que sont les contrats de génération, le Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi, la Banque Publique d’Investissement, etc. Une réserve sur la complexité du CICE lorsque la société opte pour le pré-financement de cette aide. La députée avait déjà fait cette remarque au ministre lors d’un déjeuner peu avant avec les élus poitevins. Toutefois, Fabrix, première entreprise du département à bénéficier du CICE, a déjà perçu 50.000€ au titre de ce crédit. « Une petite bouffée d’oxygène » estimait la responsable de Fabrix qui a plusieurs fois martelé l’ampleur des difficultés économiques, ne mâchant pas ses mots envers le monde de la finance, accusé de ne pas être suffisamment au service de la reprise, et défendant la vocation également sociale des petites et moyennes entreprises qui sont l’essentiel du tissu économique local.

Accompagner vers la reprise économique

Au chapitre des réactions également : une condition unanimement reprise par les chefs d’entreprise rencontrés : que la puissance publique accompagne, soutienne les initiatives mais que l’Etat ne se substitue aucunement aux dirigeants, qu’il prenne soin de ne pas étouffer la liberté si chère à la sphère privée. Message reçu parfaitement par le ministre qui a repris cette idée tout au long de l’après-midi.

A Châtellerault, chez Mecafi, sous-traitante de l’aéronautique, le patron de Bercy, rejoint par Nicole Bricq, en charge du commerce extérieur, a pu apprécier la qualité du travail des salariés permettant la production de pièces mécaniques à forte valeur ajoutée. Plutôt optimiste pour le prochain semestre qui pourrait voir le retour d’une faible croissance positive, Pierre Moscovici a décliné les réformes volontaristes pour alléger le coût du travail et libérer les énergies. « Sans faire à la place des chefs d’entreprise (…) sans qui nous ne pouvons rien » a t-il répété.

Dernier temps en sous-préfecture de Châtellerault où une table-ronde d’une douzaine d’entrepreneurs de la Vienne a permis, une nouvelle fois devant les services de l’Etat et les élus locaux, de rapprocher les attentes et les contraintes des uns et des autres. Les deux ministres ont quitté la Vienne enrichi de ces très nombreux témoignages de terrain qui guideront à n’en pas douter les prochaines décisions gouvernementales.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *