« Défendre les droits des femmes » ne peut pas être une formule creuse dictée par les circonstances

COMMUNIQUE

Catherine Coutelle
Députée de la Vienne,

Présidente de la Délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale

« Défendre les droits des femmes » ne peut pas être une formule creuse dictée par les circonstances

« François Fillon n’est pas un conservateur. Il ne reviendra pas sur le mariage pour tous, ne touchera pas à l’avortement et il défend les droits des femmes  », affirme Dolores Prost dans les colonnes de la Nouvelle République édition Vienne aujourd’hui.

En affirmant cela, elle dit le contraire de son candidat, en tous cas de ce qu’il soutient depuis des mois. En politique, il faut de la clarté, et ne pas mentir. Soutenu par Sens commun, François Fillon est plus qu’apprécié par La Manif pour tous – même son concurrent le dit. Deux de ses déclarations récentes (L’Emission politique, 27 octobre 2016)  inquiètent particulièrement les défenseur.e.s de l’égalité femmes – hommes : « l’avortement n’est pas un droit fondamental » et « par ma foi, je n’approuve pas l’avortement ».

« Défendre les droits des femmes » ne peut pas être une formule creuse dictée par les circonstances et au gré des intérêts politiciens nationaux ou locaux.

Défendre les droits des femmes, c’est un engagement qui doit être universel  et ne peut être limité par les religions ou quelque relativisme culturel que ce soit, a fortiori dans la République dont je rappelle qu’elle est laïque.  C’est défendre l’égalité des droits, l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, dans un Etat de droit, de progrès. Dans ce combat permanent, tout est important et rien ne peut être relativisé.

Pour la bonne marche de la démocratie, pour ne pas aggraver le rejet des responsables politiques, le mensonge et les rhétoriques électoralistes doivent à tout prix être évités. Elu.e.s, nous devons au minimum cela à celles et ceux que nous représentons.

 

1 commentaire

  1. Bonjour,

    Celles et ceux que vous représentez savent probablement lire et écouter sans que vous aillez à écrire un communiqué en leur nom.

    Comment confondre la foi, les convictions personnelles d’une personne et son sens de l’intérêt général ?

    Pourquoi ne citer que ce qui a heurté votre oreille et occulter ses réponses ?

    Sous le couvert de défendre des droits intouchables vous faites le jeu du buzz et de la caricature politique.

    C’est bien dommage pour la crédibilité des causes que vous défendez.

    Cordialement,
    Un parmi ceux et celles que vous représentez…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *