Comité « Égalité et Citoyenneté » : accélérer la lutte contre les ségrégations sociales

Le Premier ministre et 17 ministres sont allés lundi 28 octobre aux Mureaux (Yvelines) dans le cadre de la deuxième réunion du Comité interministériel à l’égalité et la citoyenneté. Les premières mesures annoncées lors de la première réunion du 6 mars dernier sont déjà en vigueur ou se mettent en place : actions en faveur de la laïcité, de la citoyenneté, de l’apprentissage du français dans l’Éducation nationale, dispositifs « droit à la 2e chance », création de l’Agence de développement économique France entrepreneur et de la Grande école du numérique, allocation de 50 M€ de crédits supplémentaires en faveur des associations dans les quartiers, etc… Lundi, le gouvernement a affirmé sa volonté d’aller plus loin et plus vite, 10 ans après les émeutes de 2005. Logement, éducation, culture… le point sur les actions annoncées autour de trois grands objectifs et qui trouveront des traductions législatives l’année prochaine dans le projet de loi « égalité citoyenneté ».

Objectif n°1 : casser les logiques de ségrégation :

  • en agissant sur la construction et l’attribution de logements sociaux : une liste de 36 communes récalcitrantes à leurs obligations en la matière a pour la première fois été rendue publique ;
  • en favorisant la mixité sociale et scolaire, notamment par la création de secteurs multi-collèges ;
  • en agissant sur la politique culturelle pour encourager et valoriser la pratique des arts dans les quartiers défavorisés.

Objectif n°2 : lutter contre les discriminations grâce :

  • au recours aux « caméras piétons », fixées sur le torse des policiers et qui filment leurs interventions ;
  • à une campagne nationale de test aléatoire qui sera lancée « fin 2015 » dans le monde du travail ;
  • à de nombreuses mesures, à l’école et dans le supérieur, pour renouveler l’origine sociale des élèves de parcours d’excellence en garantissant l’égalité des chances.

Objectif n°3 : prévenir les phénomènes de repli et de radicalisation, avec une action globale de prévention impliquant l’ensemble des institutions investies dans le champ des politiques sociales : travailleurs sociaux, associations sur le terrain, les délégué-e-s des préfet-te-s et CAF, cette dernière étant mobilisée pour aider les familles dans la lutte contre la radicalisation. Dans cette perspective, le comité interministériel a également annoncé le renforcement de la sensibilisation et la formation des réseaux des droits des femmes et le soutien aux projets innovants en matière d’insertion et d’accès aux droits des femmes dans les territoires.

Nombre de ces dispositions seront précisées par le projet de loi « Égalité et Citoyenneté », qui sera présenté en conseil des ministres en février 2016, pour un examen au Parlement au printemps. La Délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale y portera un regard attentif. En outre, le nouveau Conseil  national  des  villes (CNV), installé par le Premier ministre ce lundi, aura pour mission de faire un suivi de l’efficacité des mesures engagées.

1 commentaire

  1. Nous espérons aussi l’adoption finale par l’AN de la version intégrale de votre excellente loi contre le système prostitutionnel. Empêcher proxénètes, trafiquants et acheteurs de traiter les femmes comme des marchandises sexuelles sera une façon efficace de « casser les logiques de ségrégation » et « lutter contre les discriminations » sur le territoire français.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *