Brexit : l’avertissement pour refonder le projet européen

Pour la première fois dans l’histoire de l’Europe, un pays a choisi jeudi 23 juin de quitter l’Union. Partisane de la construction européenne, Catherine Coutelle a évidemment regretté ce choix et déploré un « jour de grande tristesse ». La députée a également fait part de sa « colère contre le cynisme des leaders du leave ». Assumant d’avoir menti aux électeurs lors de la campagne, ils montrent le vrai visage du populisme, de la démagogie, en ne proposant aucune solution concrète aux problèmes posés. Les sirènes dangereuses appelant à la dislocation de l’Europe doivent plus que jamais être combattues.

L’Assemblée Nationale a débattu mardi après-midi de la situation européenne. Le Premier ministre Manuel Valls a rappelé que cette rupture ne signifie pas la fin de la coopération de la France avec le Royaume-Uni, mais qu’afin d’éviter une période d’incertitude trop longue, il est nécessaire que le Royaume-Uni lance le processus de sortie de l’Union le plus tôt possible.

Au cours des débats à l’Assemblée Nationale, le respect du choix démocratique des britanniques s’est imposé comme une évidence. Mais pour éviter un effet domino et contrer les populismes, le Premier Ministre a appelé à tirer tous les enseignements de ce vote et à transformer l’Europe en conséquence. Pour la députée, c’est à la France, état fondateur de l’Union, et à l’Allemagne de relancer avec l’ensemble des membres de la zone euro une « Union au service des peuples ». A l’heure où le projet de paix européen ne suffit plus à rassembler les peuples, l’Europe a besoin de retrouver un projet d’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *