Billet du lundi #11

– Retraites
– Journée SRC
– Commémoration du 18 juin
– Visite du TAP



Retraites

Les mesures sur les retraites présentées le mercredi 16 juin à l’Assemblée nationale, par le gouvernement sont injustes parce qu’elles touchent les plus fragiles, et irresponsables parce qu’elles ne règlent en rien l’avenir de nos retraites. Elles sont injustes parce que le recul de l’âge l’égal de départ à la retraite va principalement peser sur les classes populaires et les femmes. Mais surtout, ces mesures sont irresponsables : le plan proposé par le gouvernement s’arrête en 2018 et envisage de réduire à néant le fonds de réserve des retraites prévu pour faire face au pic démographique des années 2020-2030.

J’ai assisté, mercredi 16 juin, à la présentation par Eric Woerth du projet gouvernemental à l’Assemblée nationale, et j’ai été marquée par l’insolence et le manque d’écoute du Ministre du travail. La façon de procéder du gouvernement est plus que critiquable. Il réitère la mauvaise habitude qu’il a prise de lancer des informations pour en tester les retombées. Ensuite, il laisse à peine trois jours aux syndicats pour réagir au projet, et n’écoute aucune proposition de l’opposition.

D’après ce qui a été annoncé mercredi matin par le gouvernement, seulement 10% des 30 milliards d’euros qu’il nous faut trouver proviendraient des revenus du capital et du patrimoine. Assez paradoxalement (quoique…), rien ne sera demandé aux banques et aux établissements financiers tandis que l’on sollicitera les salariés et les retraités pour 40% des besoins. Enfin, les 15 milliards d’euros restants ne sont pas financés et résulteront d’un « effort d’état ». En d’autres termes, cela nécessite la mise en place d’un nouveau déficit de 15 milliards d’euros. Limité et insensé, comment ce plan peut-il un instant être considéré comme viable ?

De nombreuses manifestations sont prévues un peu partout en France le jeudi 24 juin. Il faut réagir rapidement et ne surtout pas les laisser faire !

Journée SRC

La journée du 17 juin était réservée à l’Assemblée au groupe d’opposition. Comme je vous l’avais déjà expliqué dans ma lettre de mai 2008, on appelle ce temps les « niches parlementaires ». Cela nous permet de déposer des propositions de loi. Seulement, ces journées sont rarement constructives puisque la majorité refuse systématiquement d’examiner ou de débattre de nos propositions. En effet, par un mécanisme simple, elle repousse nos propositions au mandat suivant, le débat tournant ainsi à vide.

Pourtant, jeudi dernier le groupe Socialiste, Radical et Citoyen soumettait à l’étude quatre propositions de loi.
La première visait à obliger une concertation avec les partenaires sociaux avant toute soumission, dans l’Hémicycle, d’un projet de loi portant sur le travail et la formation.

Nous avons, par la suite, proposé d’étendre le dialogue avec les organisations syndicales de salariés et d’employeurs, non plus simplement aux projets de réforme du gouvernement liés au travail, mais aussi aux propositions de loi d’origine parlementaire. Ces deux demandes s’inscrivent dans la volonté du Parti Socialiste d’engager un dialogue plus systématique avec les organisations de citoyens concernées. Cela assurerait en effet une plus grande cohérence et efficacité des réformes liées au travail, à l’emploi et à la formation.

Nous avons ensuite présenté une proposition de loi visant à supprimer les conditions de nationalité qui restreignent l’accès des travailleurs étrangers à l’exercice de certaines professions libérales ou privées.
Et enfin, nous avons demandé à ce que le Bisphénol A soit retiré des plastiques alimentaires (et avant tout les biberons), et ce, suite à une étude d’Environment California, organisation environnementale américaine, montrant les dangers que cela pouvait avoir sur les nourrissons.

Commémoration du 18 Juin

En ce 18 juin 2010, soixante-dix ans après l’appel du Général de Gaulle, les CM1-CM2 de l’école d’Aslonnes avaient décidé de rendre hommage à la France résistante. Répondant à l’appel, une trentaine de personnes (élus locaux, maires du canton, le Conseiller Général, les anciens combattants ou de simples citoyens) se sont retrouvés devant le monument aux morts de la ville.

J’ai répondu à l’invitation de la classe de M. Le Merrer, directeur de l’école et instituteur des CM1-CM2. Les 27 élèves ont d’abord lu à tour de rôle l’appel du Général de Gaulle, précisant en introduction qu’il n’en reste aujourd’hui que le texte. Après quoi, un enregistrement de l’appel du 22 juin a été diffusé. Enfin, les enfants ont entonné, tous en chœur, le « Chant des Partisans ». Pendant près d’une demi-heure, un bel hommage a ainsi été rendu à ceux qui ont toujours refusé le défaitisme, qui ont représenté l’espérance et n’ont jamais galvaudé leur liberté.

Cette école qui, l’année dernière déjà, avait participé au Parlement des Enfants, prouve une fois encore, par cette initiative, sa volonté d’intéresser et de sensibiliser ses élèves à des questions sociales et politiques. Cela participe du travail de mémoire qui, par une meilleure connaissance du passé, permet de mieux comprendre le présent. Par exemple, le programme du Conseil National de la Résistance qui a reconstruit une forte solidarité et que certains veulent détruire aujourd’hui.

C’était pour moi un véritable plaisir de pouvoir à nouveau passer un moment avec des enfants que j’avais déjà rencontrés et appréciés. Notez au passage que la fête de leur école se déroulera le 25 juin prochain.

Visite du TAP

J’ai organisé vendredi dernier en fin d’après-midi une visite du Théâtre-Auditorium de Poitiers, pour tous les élus de la circonscription. Il me semblait en effet important de faire découvrir ce très bel outil dont dispose désormais notre capitale régionale. Concrétisation de la politique de décentralisation et d’essor culturel menée pendant de nombreuses années par Jean-Marc Bordier, ancien adjoint au maire de la ville Poitiers, le TAP, scène nationale, complète l’offre culturelle poitevine.

Guidés par Denis Garnier, directeur de l’établissement, nous avons eu le droit à une exploration complète et passionnante du lieu : le magnifique auditorium, entièrement composé de bois ciselé, les loges pouvant accueillir près de 170 personnes, etc. Le TAP est un bâtiment qui allie intelligemment esthétique et fonctionnel. L’architecte portugais du TAP a ainsi offert à la ville de Poitiers une enceinte enviée et admirée de grande qualité.

La prochaine saison promet une fois encore d’être riche et réussie. Denis Garnier nous a annoncé la retransmission en direct, via satellite, dans la salle de théâtre et sur écran géant, de plusieurs représentations du Metropolitan Opéra de New-York.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *