Améliorer encore et toujours le train

Quelques jours après les changements d’horaires et les désordres engendrés notamment sur la ligne TER Poitiers-Limoges, Catherine Coutelle était reçue à Bordeaux vendredi  14 décembre par le président de la SNCF, Guillaume Pépy. L’occasion notamment pour la parlementaire de plaider pour une gestion toujours coordonnée des horaires entre organisation des transports et usagers.

Toujours mieux informer les usagers, étudier de manière encore plus poussée l’impact individuel des changements d’horaires… voire cesser de les changer deux fois par an : en trois points, Catherine Coutelle a rappelé combien la gestion des lignes doit faire l’objet d’une attention et d’une vigilance majeures de la part de son opérateur en lien avec les autorités organisatrices. Moyen de transport économique, il fait partie de l’organisation quotidienne de ses très nombreux voyageurs : un train qui change d’horaire, c’est peut-être quelqu’un qui ne le prendra plus pour continuer à arriver à l’heure à son travail, ainsi qu’en témoignaient récemment certains personnes dans la Vienne. Or si le train veut rester cet extraordinaire outil d’aménagement du territoire économique et écologique qu’il est notamment en milieux péri-urbain et rural, la qualité maximale doit toujours être recherchée… avec le concours de l’usager. Autre sujet d’inquiétude abordé par Catherine Coutelle : le prix des billets. Sur ce point, la députée plaide avant tout pour une tarification moins opaque. Mais elle s’inquiète aussi des prix sur la future ligne à grande vitesse SEA, l’objectif devant être de rendre le train toujours plus attractif.

Grands travaux

Des messages entendus par Guillaume Pépy, sensible à la nécessaire qualité de service. Sur ce sujet, plus généralement, le président de la SNCF a par ailleurs fait état d’importants investissements à venir sur les réseaux Intercités, le réseau des trains Corails, Téoz et Lunéa : un plan de modernisation sans égal depuis bien longtemps(2 à 3 milliards d’euros) devrait permettre de remplacer, dans les dix ans qui viennent, tous les trains vétustes. Un « grand » chantier qui se développera par ailleurs dans un contexte de réforme : l’Etat a en effet décidé de revoir les relations entre Réseau Ferré de France (RFF) et la SNCF, après une période de quinze années peu concluante et caractérisée par une séparation en deux entreprises de la gestion des rails (RFF) et de la gestion des trains (SNCF). Ces grands travaux-là devraient débuter dès le semestre prochain… en espérant que ne soit pas oublié le but final : encore améliorer la qualité du service ferroviaire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *