Aide alimentaire : les associations étranglées !

Hier, le Secours Populaire manifestait à Poitiers. L’ensemble des organisations d’aide alimentaire aux plus démunis (Restos du Coeur, Banque alimentaire, Croix Rouge, Secours Populaire…) s’alarme d’une récente décision budgétaire européenne. Les crédits alloués à ces organisations pourraient être diminués de trois quarts. L’hiver approche, les situations de grande précarité se multiplient. C’est la pire décision au pire moment. Il faut à tout prix que l’Union Européenne puisse maintenir l’aide financière à son niveau actuel.
Aussi, j’ai souhaité attirer le gouvernement Français à ce sujet. J’interroge également les deux députées européennes poitevines.
Ci-dessous, le texte de ma question écrite.


Mme Catherine Coutelle attire l’attention de M. le ministre d’État, ministre des affaires étrangères et européennes, sur les inquiétudes des associations en charge de l’aide alimentaire face à la remise en cause du plan européen d’aide aux plus démunis (PEAD). Jusqu’à présent doté d’un budget de 500 millions d’euros, soit 1 % du budget de la politique agricole commune (PAC), le PEAD permettait d’apporter une aide alimentaire à 13 millions de citoyens des 19 États membres qui en bénéficient. Suite à un recours de l’Allemagne devant la Cour de justice de l’Union européenne, la Commission s’est vu interdire de compléter le PEAD par une allocation financière lorsque les stocks d’intervention à sa disposition sont insuffisants. Ainsi, et alors que ces stocks européens sont au plus bas, c’est tout le mécanisme d’aide alimentaire aux plus démunis qui est menacé. À compter de 2012, l’allocation versée à ce programme va subir une réduction drastique, l’enveloppe attribuée aux associations européennes devrait être ramenée à 113 millions d’euros, ce qui couvre à peine un cinquième de leurs besoins. Les associations demandent donc une réforme du programme par la création d’un dispositif renouvelé et pérenne inscrivant durablement l’objectif de sécurité alimentaire des populations européennes.
Aussi, elle lui demande quelles mesures le Gouvernement envisage pour permettre aux associations en charge de l’aide alimentaire de poursuivre leur action.
Surtout, elle invite le gouvernement à examiner au plus vite les recours possibles pour que l’Union Européenne maintienne cette aide à son niveau actuel.

1 commentaire

  1. Ou l’on voit que votre action a été suivi d’effet puisque la député UMP ELISABETH MORIN -Chartier se rend ce matin23/09 au siège de la banque alimentaire.
    En passant les députés Européen se sont faits augmenter leurs indemnités soit disant pour augmenter le salaire de leurs attachés parlementaire si c’est cela ,tant mieux pour les attachés .Mais comme quoi on sait trouver des finances quand on le veut .
    Les députés nationaux de Poitiers bougent pour le bien de tous pas besoin de les avertir pour leur faire connaitre l’Etat du pays et le besoin des personnes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *