Agir pour les jeunes filles favorise le développement

11 octobre, 1ère journée internationale des filles

Agir pour les jeunes filles favorise le développement

 

Le 11 octobre 2012, première « Journée internationale des filles », à l’initiative de l’ONU : la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les Hommes et les Femmes de l’Assemblée Nationale présidée par Catherine Coutelle, Députée, entend à cette occasion affirmer sa solidarité avec les actions en faveur des jeunes filles, et attire l’attention de l’opinion sur la persistance des graves discriminations et des très fortes inégalités dont elles pâtissent à travers le monde.

 

Il est important d’avoir conscience que, particulièrement dans les pays en développement, le risque reste très fort qu’elles soient les premières victimes de toutes sortes de violences, d’être obligées au mariage, de subir des mutilations, d’être victimes de guerre, ou encore qu’elles subissent la pauvreté de façon plus appuyée que les garçons.

 

La formation de la jeunesse joue un rôle essentiel : investir dans l’éducation des jeunes filles contribue à libérer leur potentiel, donc collectivement celui des sociétés dans lesquelles elles vivent, et par conséquent d’améliorer également la santé et le niveau de vie de la prochaine génération. Aujourd’hui encore, 75 millions de filles en âge d’être scolarisées n’ont pas accès à l’éducation[1]. De plus, 96 millions de jeunes femmes (contre 57 millions de jeunes hommes) âgées de 15 à 24 ans ne savent ni lire ni écrire[2]. Or une année de plus d’école primaire augmente leurs revenus futurs de 10 à 20%, une année en plus d’école secondaire de 15 à 25%.

 

Les programmes internationaux pour le développement jouent un rôle majeur dans la promotion de l’éducation, de la contraception et des luttes contre les violences faites aux jeunes filles. L’effort doit être soutenu, la période qui s’ouvre sera déterminante : elle sera marquée par la perspective des 20 ans de la conférence internationale sur la « population et le développement » en 2014, et par la renégociation des Objectifs du Millénaire post 2015. Ces programmes doivent permettre une meilleure prise en compte des besoins spécifiques des jeunes filles dans les aides au développement, et aussi de faire de la coopération internationale un réel outil de lutte contre les inégalités femmes – hommes.

 

Le 11 octobre, « journée internationale des filles », nous rappelle que la lutte pour l’égalité entre les sexes se joue dès le plus jeune âge. Il faut penser les actions en termes combinés d’éducation, de travail, de santé, mais aussi de changement des représentations de la féminité et de la masculinité. En France, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, et tout particulièrement Laurent Fabius à l’international et Najat Vallaud-Belkacem sur le territoire national, y travaillent, mettant en œuvre les engagements de François Hollande. La Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes salue les avancées nationales et internationales en la matière, avec le souhait appuyé et permanent de veiller à l’effectivité des droits.

 


[1] ONU, The World’s Women, 2010

[2]  Source : ONG PLAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *