Les filles et avocates de Jacqueline Sauvage reçues par le Président de la République: une attention et une écoute manifestes

COMMUNIQUE
___

Catherine Coutelle, Maud Olivier, Pascale Crozon, députées

Les filles et avocates de Jacqueline Sauvage reçues par le Président de la République: une attention et une écoute manifestes

Cet après-midi, le Président de la République, François Hollande, a reçu les filles et les avocates de Jacqueline Sauvage, condamnée le 3 décembre dernier à 10 ans de réclusion.

Engagées contre les violences faites aux femmes et pour l’égalité, nous saluons l’attention et l’écoute manifestes du Président de la République.

Cette rencontre intervient après une mobilisation citoyenne et politique d’une grande ampleur. La France toute entière, société civile et politique, s’est émue de l’effroyable histoire et des souffrances quotidiennes infligées à Jacqueline Sauvage pendant 47 ans.

Le jugement rendu a suscité une vive interrogation. Pour cette raison, et au-delà de l’émotion qu’a provoqué l’affaire Jacqueline Sauvage, nous en appelons à une évolution nécessaire de la loi.

C’est à cette fin que la Délégation aux droits des femmes a lancé début janvier un cycle d’auditions afin – entre autres – de proposer une amélioration de notre droit en matière de légitime défense pour prendre en compte les réalités des violences faites aux femmes. En ce sens, des amendements seront déposés dès qu’un véhicule législatif opportun se présentera à l’Assemblée nationale, ce qui permettra des avancées plus rapides que par le biais d’une proposition de loi.

Pour agir efficacement contre les violences – 40% de femmes tuées avaient déposé plainte – nous devons également renforcer les actions de formations des personnels et les moyens de protection des victimes (téléphone grand danger, centre d’hébergement spécifique). Depuis 2012, le Gouvernement s’y est engagé en généralisant les formations obligatoires des magistrat-e-s et médecins, et par la mise en place de référents en charge des violences faites aux femmes et d’assistants sociaux dans les commissariats.

Les droits des femmes sont un des combats majeurs de ce quinquennat, et François Hollande le prouve par cette attention particulière. La DDF entend une nouvelle fois y contribuer pour faire reculer encore et toujours le fléau des violences faites aux femmes.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *