23 ans, 2e année de droit, ça ne vous rappelle rien ?

Un étudiant étranger gabonais vient d’être reconduit cette semaine dans son pays. Un de plus sur la longue liste des expulsions d’étudiants.
Le procédé est scandaleux. Arrêté devant chez lui, expulsé en quelques heures. Pour ne plus subir la contestation poitevine, le passage en garde à vue puis en rétention à Poitiers est désormais réduit au minimum et le transfert dans un centre de rétention éloigné, est accéléré.
Le Gabon fait sans doute partie de ses pays qui se montrent particulièrement coopérants pour délivrer rapidement le visa de retour.
Et voilà, le cursus universitaire d’un étudiant brisé net. Il n’a rien pu dire à personne, rien organisé. Ses camarades n’ont même pas compris son absence les premiers jours. Pendant que certains préparaient leur TD et que d’autres faisaient la fête, Francky était renvoyé dans son pays. Ses affaires suivront. Ou pas.

Que reproche t-on à Francky ? Sans doute comme aux autres, puisque désormais l’Etat est habilité à juger à la place des enseignants de la cohérence et de la progression d’un parcours. Sans doute d’avoir connu l’échec universitaire.

Mais, au fait, étudiant en 2ème année de droit à 23 ans, ça ne vous rappelle pas quelqu’un ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *